> Mag > Musique > Proxima Estaciòn Cluses

Musiques en Stock 2016

Proxima Estaciòn Cluses

lundi 11 juillet 2016 par Marc Minelli CC by-nc

Musiques en stock. Sur 3 jours cette année au lieu de 4, ce qui semblait passer très vite risque de paraître encore plus court, en effet, on se laisse embarquer le Jeudi dans un marathon dont on sort exsangue et apaisé le dimanche matin sous le soleil à l’heure où les cyclistes se rassemblent pour la course ou la ballade familiale, alors on se dit qu’il est temps d’arrêter de fumer, se coucher de bonne heure ce soir et profiter de ce paysage de rêve jusqu’à ce qu’il ne s’évapore du côté de Chambéry, c’était top !

On est Jeudi donc, le temps de traverser la ville, retrouver toute la bande de la place des Allobroges comme si on s’était vus la semaine dernière, embrassades, laisser les sacs à l’hôtel et c’est parti, et de quelle manière !


JPEG - 199.7 ko
Temples - Musiques en Stock 2016@Cluses
© Lionel Fraix

BirdPen, un son hallucinant, un groove et des chansons qui rappellent l’Iggy Pop de « The idiot », une impression d’urgence peut être due à cette formule plus courte ? C’est tout le talent des programmateurs, pas le temps pour de longues présentations cette fois ci, on est dans le sujet direct ! On aura droit à un Ty Segall en K way extrême ce soir, puis à un chanteur de Temples au look Bowie permanenté 69 avec la voix de Marc Bolan, on sait très bien où on habite !

Et c’est déjà fini, tout était huilé ce soir, mieux qu’une lettre à la poste ! On a pris notre dose de musique rare, vraie, celle qu’on n’entendra pas ailleurs, pas d’insus, pas d’Indos et pas de frime superflue, c’est dit, à demain.

 

  • Birdpen
  • Birdpen
  • Birdpen
  • Birdpen
  • Ty Segall
  • Ty Segall
  • Ty Segall
  • Ty Segall
  • Ty Segall
  • Ty Segall
  • Ty Segall
  • Ty Segall
  • Temples
  • Temples
  • Temples
  • Temples
  • Temples
  • Temples


« Friday on my mind »

Et çà commence très fort, au coeur du Rock n’ roll, assis sur un flight je croise backstage le regard & le sourire de la sirène en robe blanche de Get well soon, me vient des envies de mariage ! Sérieux ?…. Mamma mia, quelle classe, et ces chansons, toutes plus envoûtantes les une que les autres ! « Love » est le concept ?


JPEG - 210.2 ko
Keren Ann - Musiques en Stock 2016@Cluses
© Lionel Fraix

Tant mieux gars, on en a bien besoin, on est rentrés sans s’en apercevoir dans la magie absolue, ce qui sera la caractéristique de la soirée, Woodmen sur la petite scène, puis Kerenn Ann, que je ne connaissais pas mais qui sans le savoir a participé à ma vie de famille puisqu’on a endormi le petit dernier bien souvent au son de ses chansons de « Chambre avec vue »…. À l’époque, Kerenn Ann était l’une des compositrices du disque, elle s’en sort magnifiquement sur scène avec un style à la Ricky Lee Jones et un groupe efficace, avec eux les chansons prennent du volume, plus épurées et plus Rock, de quoi tomber en amour comme diraient mes potes Québecois, d’ailleurs on ne s’en prive pas, Cluses non plus, quelle soirée !

Ce qui vient ensuite est presque indescriptible, nous savons tous que le moment était exceptionnel, Charles Bradley & his Extraordinaires, comment dire ? C’était comme voir James Brown, Sam Cooke et Otis Redding sur la même scène, un homme exceptionnel, le Soulman dans tous ses clichés, sa splendeur, accompagné par un groupe aussi bon que le Mink de Ville Band deuxième époque à l’époque, mélange de maitrise et de génie jusque dans les mimiques du malicieux batteur, reprises sur l’écran géant juste au dessus de moi avant que Charles ne prenne le public dans ses bras, un moment sans égal, des étoiles dans la tête pour toute une nuit….


  • Get well soon
  • Get well soon
  • Get well soon
  • Get well soon
  • Keren Ann
  • Keren Ann
  • Keren Ann
  • Llima
  • Charles Bradley
  • Charles Bradley
  • Charles Bradley
  • Charles Bradley
  • Charles Bradley
  • Charles Bradley


La fièvre du Samedi

On se lève le samedi sachant que c’est déjà le dernier jour, qu’il va falloir faire les valises et prendre soin d’oublier au moins une chemise qu’on récupérera l’année prochaine si tout va bien, c’était furtif, c’était bon comme le bonheur, éphémère comme une bonne surprise, une lune de miel, mais ô combien gravé dans nos inconscients comme quelque chose de vital, en effet c’est çà la culture, à priori, ce qu’il va rester une fois le spectacle accompli, ce qui fera qu’on sera capables de faire la différence entre bon et mauvais, populaire & populiste, à cette heure-ci et vu comment va le monde, à mon sens, c’est primordial !


JPEG - 168 ko
Band of skulls
© Lionel Fraix

Bref, la musique continue, Ry X est une bonne surprise notamment le « Thank u man » bienveillant de son leader à mon retour de la petite chronique écrite en amont et lue sur le moment, clin d’œil qui me conforte dans l’idée qu’il fallait le faire, comme me conforte un public Clusien qui commence à être sacrément « dedans »,

Retour à la petite scène pour Llima, la vraie révélation du festival à mon avis, une musique totalement originale et Finlandaise avec des réminiscences au goût héroïque, genre radeau sur l’océan dans la tempête, beaucoup d’électronique aussi, utilisée de manière élégante, au service du morceau, pas le contraire…. On en oublierait presque la déprimante défaite de l’Italie aux pénaltys….

Puis c’est Band of Skulls (qui remplace Primal Scream et son leader équilibriste), prestation étonnante, groupe solide et intéressant de bout en bout, on sent chez eux tout plein d’influences, un son différent selon que c’est lui ou elle qui chante, bref, on est heureux ! Le temps d’un Perrier citron au bar des amis et c’est le moment de déjà partager ses impressions, se dire qu’il y a vraiment un « truc » dans ce festival, qu’il est précieux car hors du temps, rempli de gens passionnés et intègres, programmé de main de maître, à l’heure qu’il est çà fait un bien fou, en exagérant un peu on a presque envie d’y habiter dans cette région, quitter la grisaille et le stress d’over la Loire…..

On redescend sur terre, touchés mais pas coulés, bien au contraire, avec une pêche, de l’amour, et l’énergie emmagasinés pour un an, jusqu’à la prochaine édition, priant pour qu’il n’y ait pas trop d’hommages à rendre la prochaine fois….

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.