> Mag > Musique > Anna Aaron, la conversion en Neuro

Pour deux Bâle, t’as plus rien…

Anna Aaron, la conversion en Neuro

lundi 17 mars 2014 par Karim Monnier CC by-nc

Bien que peu médiatisée, la scène suisse est un véritable vivier de talents musicaux. Qu’il s’agisse de rock, de pop, de métal, d’indie, de musique électronique, etc.

Aujourd’hui l’attention du public Suisse se porte tout particulièrement sur la bâloise Anna Aaron dont le premier LP fut une grande réussite. La pression est donc forte sur ses épaules puisque très attendue pour son retour, elle se doit d’innover tout en préservant son style et la qualité de ses compositions. Second LP de la chanteuse, Neuro saura-t-il combler nos attentes ?

Le premier album Dogs in spirit nous avait laissé comme le dit si bien le staff d’Anna Aaron dans « un environnement sylvestre et tellurique » où l’introspection et la capture des mouvements intérieurs étaient de mise. Aujourd’hui, la chanteuse bâloise revient sur le devant de la scène avec Neuro qui poursuit cette introspection de l’âme humaine, de ses méandres et surtout, de son incarnation dans un monde ou la frontière entre réel et virtuel s’amenuise.


JPEG - 23.7 ko

Elle explique ainsi : « Neuro visite des confins inédits, là où l’organique se fait immatériel, et questionne les frontières de la perception. Avant, tout ce qui n’était pas physique était spirituel. Aujourd’hui, tout ce qui n’est pas physique est digital. C’est un peu comme si l’univers numérique avait sa propre mystique ». Véritable concept en soi, Neuro entend bien poursuivre l’effort de Dogs in spirit mais de manière encore plus évanescente. Pour ce faire, Anna Aaron n’a pas lésiné sur les moyens puisque cette dernière s’est entourée non seulement du producteur David Kosten (Bat For Lashes) mais aussi et surtout de Jason Cooper, célèbre batteur de The Cure !

C’est alors que toute la musique d’Anna Aaron prend une autre dimension forte de toute l’orchestration supplémentaire qu’elle apporte à son style. Neuro s’ouvre ainsi sur le très beau « Case » qui se veut à la fois mystique et sidéral. Entrainé par une voix mélancolique, sereine et profonde, le piano nous emporte dans un au-delà virtuel relevé de chœurs envoutants et d’un synthé qui confère à l’ensemble une vibrance particulière. Passée cette mise en bouche délicieuse, Anna Aaron met tout de suite la pression : sa voix polaire et limbique, soutenue par un piano et une guitare sèche très rock, capture notre esprit fasciné. La batterie martiale, rajoute un supplément de furie à ce titre explosif qui s’achève sur une envolée cosmique et lyrique (harpe).

La démonstration continue avec le très surprenant « Girl » Ce titre se veut à la fois une récupération électro-pop des 80’s et une réaffirmation du style de la musicienne qui se fend même d’une rythmique tango accompagnée de guitare électrique. Le piano, fébrile, contraste alors avec la voix de la chanteuse qui se lâche complètement. À défaut d’être le meilleur titre de l’album, « Girl » est certainement le plus osé. Les titres suivants ne manquent pas de panache non plus. Tout d’abord avec le très beau « Linda », chanson intimiste et planante avec en point d’orgue un piano classique aux parties syncopées soutenu par une rythmique pareille à un battement de cœur. La voix se fait subtilement suave et douce, triste et nostalgique puis joyeuse et amoureuse.


JPEG - 38.7 ko

On pourrait continuer longtemps à parler des titres de ce nouvel album d’Anna Aaron tellement chacun est riche, passe d’une ambiance à une autre avec brio et grande maestria. De manière globale, disons que certains titre se font très rock mais toujours teintés de cette couleur claire/obscure particulière dont Anna Aaron détient le secret. Tantôt hypnotiques et quasi mystiques, ils nous entraînent dans un univers évanescent et fantomatique, parfois urgent, parfois serein, qui déchire le voile de séparation entre le monde physique et spirituel. La voix contribue énormément à cet effort brillant des instruments puisqu’elle sait ce faire alors aussi bien spectrale que passionnée, triste ou joyeuse, sombre ou illuminée.

Anna Aaron réussit donc à satisfaire pleinement nos attentes. Neuro est un véritable petit chef d’œuvre en soi qui flirte tant avec le concret d’une orchestration chaude et puissante, authentique, que la magie d’effets plus virtuels donnés par des éléments plus électroniques et des chœurs envoutants. Véritable spiritiste, Anna Aaron nous hypnotise et nous entraine dans une forme de religiosité musicale organico-numérique qui époustoufle. Véritable cueilleuse d’esprits, la chanteuse fait montre d’une grande profondeur d’âme qu’elle insuffle à chacun de ses titres. À se procurer absolument dès maintenant.

Chronique publiée intialement sur Lords of rock

  • Joan as a policewoman + Anna Aaron :
    le mardi 8 avril 2014 à 21h00 Brise-glace, Annecy

    Soul + Electro folk

    17 / 15 / 12 / 9€

Anna Aaron - Linda
Dirigé, filmé, édité par "La Fine Equipe du 45" Rinaldo Marasco, Jérôme Piguet & Raphaël Sibilla / Danseuser : Oriana Cereghetti - Deeva Dance /Manipulateur et consultant pré-prod : Patrick Conus - screenprod.ch /Assistant : Antoine Fargue / Maquillages : Elena Liaci & Tanya Serghienko
Anna Aaron

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.