Accueil > Les auteurs > Anne Emeraud

Anne Emeraud

Articles de cet auteur (23)

  • Christine & the queens

    Musique

    Christine & the Queens passait à Château Rouge le 14 mars dernier. Et j’y suis allée. Pour voir. Pour savoir, poudre aux yeux ou émotion non feinte... Je me suis tenue à distance, je suis restée prudente, vigilante. J’ai voulu voir si je pouvais être conquise. Je suis repartie après un beau spectacle, sur ma faim.

  • Blanche, glacée…en vie ?

    Musique

    Evidemment, une fois que le cœur est pris, encore faut-il entretenir la flamme. Je dois dire que je suis plutôt indulgente, une fois conquise, je suis prête à pardonner quelques faux pas. Mais il arrive que la déception se pointe et finisse par s’imposer. Alors, c’est comme un chagrin, un voile tombé entre l’artiste et moi.

  • L’Effondras, à pic

    Musique

    Si vous saviez l’idée que je me faisais de ce groupe... j’accep­terais vos rires. Parce-que ça vous ferait marrer, c’est sûr. Etre pétrie de certitu­des à ce point et se tromper, se tromper sur toute la ligne...Voilà qu’il me faut faire acte de contrition, alors...revenir sur mes pas et encore une fois, accepter l’imprévu, avouer que oui, je me suis trompée et que j’aurais dû écouter sept fois mon oreille avant de dire quoique ce soit.

  • Dead man talking

    Musique

    J’avais écouté Dead man d’Harold Martinez un peu par hasard. J’en avais été plus que ravie. Le 15 novembre, Harold est programmé à la Cave à Musique de Mâcon. Point de hasard ici, puisqu’il m’a été possible de rencontrer Harold Martinez après son concert. C’est bien de cela qu’il est question : une rencontre.

  • Goldfrapp, de la lumière pour raconter

    Musique

    Est-ce que vous devenez plus durs avec les artistes que vous suivez depuis longtemps ? Je veux dire, est-ce que vous devenez plus exigeants ? Vous arrive-t-il de les enfermer dans une sorte de Panthéon personnel pour ne plus les ressortir et ne pas subir de douloureuse déconvenue ?

  • Harold Martinez…même pas mort

    Musique

    Les enfants, il faut maintenant que je vous parle d’un autre individu encore, ou de deux autres, plutôt, pour vous les installer dans les écoutilles, pour que vous pensiez à les regarder, bientôt, très vite sur scène. Parce-que personnellement, je me demande vraiment s’il est possible que du noir sorte de leur bouche, si leurs mains sur les guitares ouvriront la porte aux oiseaux noirs...

plus récent | plus ancien

Lui écrire

Envoyer un message