> Mag > Musique > « Cause Nobody Can Do It Like Mix Master Can »

Hivernales 2020

« Cause Nobody Can Do It Like Mix Master Can »

mardi 25 février 2020 par Saint Xavier CC by-nc

« MMM »

Non ce n’est pas « 3000 » en chiffre romain. Non ce n’est pas une faute de frappe. Ni une erreur dans le nom d’une marque de cacahuètes chocolatées de couleur à base d’huile de palme.

Allez un indice et ça devrait vous éclairer (ou pas) : « Beastie Boys ». Toujours pas ? Et si on vous parle de DJ à présent ?

MMM, c’est Mix Master Mike, californien quinquagénaire de Frisco et légendaire DJ du groupe new-yorkais les « Beastie Boys » depuis le 5me album Hello Nasty paru en 1998.

Pour le grand public, c’est LE DJ de ce trio de décérébrés qui a cassé les barrières (et noué des ponts) entre le punk hardcore et le hip-hop.
Mais avant cela, c’est avant tout Michael Schwartz, un jeune de la côte ouest qui dévore la collection de vinyles de son oncle quand il passe le voir après l’école. Il se passionne pour le hip-hop naissant mais reste ouvert sur d’autres styles de musiques comme le Jazz, Funk mais aussi le Rock et Heavy Metal. Lors d’un concert d’Herbie Hancok, il découvre à ses coté, sur scène, ce qu’est un DJ avec Grandmixer DST, new-yorkais précurseur du djiing disco/hip-hop. C’est la révélation : il sera DJ ou rien.

Dans les années 80, qui dit DJ hip-hop dit irrémédiablement turntablism : la pratique, l’art et science du scratch sur platines vinyles. Il en sera un des pionniers et deviendra une référence mondiale. Ça ne lui permet pas de gagner sa vie, donc pour les factures il y a les fêtes de mariages et les soirées, qui lui laissent le temps de peaufiner sa technique et de rencontrer du monde, dont un certain Richard Quitevis, à qui il donnera l’envie de tâtonner du vinyle et devenir DJ Q-Bert, une autre légende du scratch. En 1992, il devient le premier DJ de la côte ouest à remporter le « New Music Seminar DJ Battle for World Supremacy » à New York, compétition/show lors du grand barnum vieillissant du music business US dominé par le hip-hop à l’époque.


The Rock Steady DJs (USA) - DMC World Champion 1992 — Winning Set
The Rock Steady DJs (USA)
DMC World Champion 1992 — Winning Set

La même année, dans la foulée mais accompagné de DJ Q-Bert et DJ Apollo, sous le nom de Rock Steady DJs ils forment le premier groupe de DJs scratcheurs et remportent le titre de Champion du Monde DMC [1]. Par la suite sous le nom de « Drean Team », Mix Master Mike et Q-Bert remporteront d’autres titres DMC et amèneront l’organisation, vu leur niveau à les faire passer de compétiteurs à juges afin de rendre le titre accessible !

Toujours avide de torturer les vinyles et repousser les limites du scratch, il sera un des membres formateur des « Invisibl Skratch Piklz » avec Triple Threat, DJ Apollo D-Styles, Shortkut, DJ Disk, et bien entendu, l’ami de toujours : Q-Bert. Ce crew reste une référence pour des générations de DJs qui viendront au mix par le scratch.

C’est en 1994, lors d’une prestation à la soirée d’anniversaire du Rock Steady Crew que Mix Master Mike et Adam Yauch des Beasties Boys se rencontrent, le second en a pris plein les yeux et naturellement ils sympathisent et échangent leurs numéros.
Back in the day : en 1994, les Beasties Boys c’est énorme, des disques de platine à la pelle avec des hits qu’on entends toujours comme « Fight for your right (to party) », « Sabotage », etc, une image de trublion skato-punk-hip-hop blanc qui se fout de tout mais le fait bien.


Beastie Boys - Three MC’s and One DJ
l’intro dure jusqu’à 1’49
Capitol Records, LLC

Ce n’est cependant qu’après de multiples « scratch message » laissés sur la messagerie vocale de MCA (aka Adam Yauch) que la connexion va vraiment avoir lieu. C’est même Mike D et Mario Caldato (ingé son des Beastie) en écoutant les messages, qui poussent à intégrer le DJ dans la réalisation de Hello Nasty courant 97 [2]. L’alchimie étant là, une piste lui sera quasiment dédiée avec « Three MCs and one DJ » mettant en avant son adresse aux platines. Ils lui proposeront d’intégrer le groupe et pas seulement pour la tournée de l’album, mais comme membre à part entière des BB et cela jusqu’au décès de MCA. C’est grâce à eux qu’il sera le premier DJ à intégrer le Rock Hall of Fame lorsque le groupe sera introduit en 2012 dans ce panthéon de la musique.

Un producteur prolifique

Bien que la collaboration avec les new yorkais est un événement majeur de sa carrière, il est intéressant de souligner que derrière ce turntablist hors pair se cache un incroyable producteur, très prolifique en terme de mixtape dans le domaine du scratch mais aussi sur des esthétiques musicales où on ne l’aurait pas imaginé ; que cela soit pour la bande son du cartoon américain « Teens titans go » qui cartonne depuis 2013 sur Cartoon Networks et à présent Netfix, à la chanson de la coupe du monde de football de la FIFA en passant par l’album de Rn’B « Cheers to fall » d’Andra Day nominé au Grammy Awards en 2016. Sans oublier un paquet de collaborations et performances avec le groupe / émission télé Yo Gabba Gabba, la cérémonie d’ouverture des J.O. de Vancouver en 2010 et plus récemment l’invitation à la Maison Blanche en 2016 pour participer à un concert en hommage à la carrière de l’artiste… Herbie Hancok. La boucle semble bouclée après cela...
Inarrêtable, on a pu le croiser ces dernières années au coté des mythiques Cypress hill pour la tournée en 2018/19 Elephants on acid tour et l’année d’avant avec… Metallica pour le Us stadium tour 2017.


JPEG - 176 ko

À coté de cela, toujours en associant technique et musique il a développé un projet de vidéo clips en réalité virtuelle avec « Magma project ». Salué par la critique et les professionnels du milieu il a remporté de nombreux titres dans des festivals aux US et à l’international. Avec « Moonbase invasion », sa deuxième réalisation, il a conquis notamment le festival de Cannes.

Actuellement en tournée, dans le cadre de son dernier opus Conquest sorti le 6 décembre 2019, il sera aux platines de la soirée événement du 29 février de l’excellent festival vaudois : les Hivernales (Nyon).
Après une soirée qui débutera par les immanquables rappeurs britannique de « Too many T’s », puis des loufoques et crades marionnettes MC berlinoises de « Puppetmastaz », s’en suivra une prestation de Mix Master Mike ou le Hip Hop croisera la bass music, le rock, l’électro et métal saupoudrés de gros scratchs bien baveux à n’en pas douter !!!

voir aussi :
Live avec Cypress Hill, Leeds, UK, 2018

  • Mix Master Mike + Puppetmastaz + Too Many T’s :
    du samedi 29 février 2020 à partir de 21h00 au dimanche 1er mars 2020 jusqu'à 02h00 Salle communale, Nyon

    21h15 - Too Many T’s

    Le duo hip-hop Party Too Many T’s tire une inspiration lyrique de l’âge d’or du hip-hop et l’associe à une approche plus moderne de production.

    www.youtube.com/toomanytvs

    23h00 - Puppetmastaz

    Le seul groupe de rap des marionnettes au monde est de retour en 2019 : Puppetmastaz arrive en force avec un nouvel album et spectacle live. Ils sont le premier "Toyband" au monde et sont connus pour être un mélange du Wu Tang Clan et du Muppet Show.

    0h45 - Mix Master Mike

    Nommé « le plus grand DJ du monde » par USA Today, le statut de DJ et producteur primé de Mix Master Mike lui a permis de conserver son rang de musicien influent et de devenir un nom bien connu.

    Tarif unique 35 CHF

    localiser

    adresse

    4 Rue des Marchandises


    Nyon (CH)

Notes

[1pour l’anecdote : devant les français de « Crazy Fast Netis » alias le groupe de rap Alliance Ethnique composé pour l’occasion par Crazy B, Faster Jay et le Mc K-Mel

[2NB : une pensée pour DJ Hurricane qui, de 1987 à 98, a brillé aux platines pour les Beasties Boys. L’histoire l’oublie un peu trop vite, mais pas l’auteur de ces lignes et notamment un concert mémorable au Zénith de Paris en 1995 pour la tournée de l’album Ill communications.

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.