> Mag > Musique > Clash de culture à la guitare !

Clash de culture à la guitare !

jeudi 18 juillet 2013 par Jean-Pierre Biskup CC by-nc

The Aristocrats est la réunion des virtuoses Guthrie Govan (guitare), Bryan Beller (basse), et Marco Minnemann (batterie). Ils sortent un deuxième album intitulé « Culture Clash » qui porte bien son nom. Virtuosité, créativité, et audace sont au rendez-vous pour ce trio qui entend bien entrer dans l’aristocratie de la musique instrumentale !

Guthrie Govan est à l’heure actuelle considéré comme étant un des plus grands guitaristes de la planète, même s’il ne bénéficie pas de la médiatisation de certains de ses collègues et aînés. En tout cas, il a déjà multiplié les collaborations intéressantes (le célèbre groupe de rock progressif Asia, ou encore Steven Wilson de Porcupine Tree, sans oublier les collaborations avec de nombreux virtuoses de la guitare, de la basse ou de la batterie entre autres…). Le bassiste Bryan Beller a joué avec différentes pointures comme Steve Vai et Joe Satriani. Le batteur Marco Minnemann a lui aussi joué avec pas mal de monde, que ce soit Paul Gilbert, Steven Wilson, Joe Satriani…

L’album « Culture Clash » nous fait dès le début de l’écoute la première agréable surprise de ne pas être un énième disque de « guitar hero » qui déboule des notes à vitesse TGV sur le manche de la guitare sans véritable originalité. Ensuite, autre constat intéressant, la formule trio guitare-basse-batterie (reprise tellement de fois) ne sonne pas bateau ici : chaque instrument a une place de choix, la guitare n’écrase pas tout, il y a un bon équilibre, une bonne cohésion, et surtout des échanges intéressants. Et justement, l’intérêt des échanges et du partage entre les musiciens vient du fait que leur terrain de jeu musical n’a pas de véritables limites, tout en étant maîtrisé et inventif. Ils ne s’enferment pas dans un style comme ça peut souvent arriver chez d’autres groupes et artistes, les influences sont multiples : rock, jazz, jazz rock, metal, fusion, rock progressif, blues, funk… Une vraie rencontre de différents courants musicaux, un vrai clash de culture musicale !

On sent ce trio est capable de de tout jouer de manière excellente. Le risque serait de se perdre et la dispersion, mais il n’en est rien. Les musiciens travaillent ensemble pour la composition et l’arrangement des morceaux. Depuis leur premier album (album éponyme, « The Aristocrats », sorti en 2011), ils ont pu passer beaucoup plus de temps à collaborer ensemble et à jouer sur scène, en tournée [1]. Par conséquent, ils se connaissent mieux, et ça leur permet d’aller plus loin musicalement. Le trio fait preuve d’une belle alchimie, une belle cohésion qui doit aux talents de chacun, mais aussi au fait qu’ils se sont bien trouvés, car on sent que l’entente est très bonne. Ce n’est pas la simple addition de grands talents individuels (comme on peut le retrouver parfois dans des groupes plus ou moins éphémères du style réunion de célébrités et/ou de virtuoses genre « all star band »). C’est une vraie symbiose, et ça se sent tant au niveau de la composition qu’au niveau de l’interprétation. Ça sonne vraiment comme un album de groupe, pas seulement comme un album de guitariste pour guitaristes, ce qui n’est pas toujours le cas dans le domaine de la guitare instrumentale.

L’album « Culture Clash » se trouve à la croisée des chemins entre jazz rock et rock progressif, et il a le mérite de dépasser les styles et les étiquettes. C’est de la musique avant tout. Si on le compare à ce qui se fait actuellement dans la musique instrumentale (et en particulier au niveau de la guitare instrumentale), on peut affirmer que c’est un des albums les plus virtuoses, riches, originaux et audacieux sortis cette année. A conseiller aux fans de guitare instrumentale appréciant des styles de musiques variés (allant du jazz au metal en passant par le rock progressif et alternatif). A priori, l’album est plutôt destiné à des musiciens ou à des connaisseurs passionnés. Mais on peut avoir de bonnes surprises pour que ça puisse toucher un plus large public que ça, un peu à l’image du groupe Mörglbl du guitariste haut-savoyard international Christophe Godin [2].

Musique instrumentale, talent, virtuosité, originalité et humour : voilà comment on peut résumer aussi The Aristocrats !

Retrouvez The Aristocrats sur leur site : http://the-aristocrats-band.com/

The Aristocrats - Frankfurt Jazz Festival 2012
Video taken from Arte Live Web
Marco Minnemann

Notes

[1on peut voir ça notamment avec leur album live sorti en 2012 : « Boing, We’ll Do It Live ! »

[2Guthrie Govan et Christophe se connaissent bien d’ailleurs !

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.