> Mag > Musique > Gretchen Menn, guitar hero au féminin

Gretchen Menn, guitar hero au féminin

lundi 20 janvier 2014 par Jean-Pierre Biskup CC by-nc

Il est rare de voir une femme guitariste réussir à se faire une place dans le monde de la guitare et du rock. Gretchen Menn fait certainement partie de ces artistes à suivre ! La musicienne à la chevelure de feu a réussi à marier lyrisme et virtuosité pour le plus grand plaisir du public amoureux de la guitare dans toutes ses formes. Son premier album « Hale Souls » fait preuve de musicalité, beauté et accessibilité tout en restant riche et multiple.

« Passion & Warfare »… « Surfing With The Alien »… « Perpetual Burn »… Que de grands noms d’albums de guitare instrumentale, n’est-ce pas ? Pourquoi ne pas y rajouter des œuvres plus récentes comme celle de « Hale Souls » ?

Gretchen Menn est une musicienne américaine, guitariste principalement rock mais touchant à de nombreux styles musicaux, tout en maîtrisant aussi bien la guitare électrique que la guitare acoustique. La guitariste ne se contente pas d’être belle et de poser pour les photographes… Elle fait bien plus que ça ! On est loin du stéréotype du mannequin embauché pour jouer deux accords sur une guitare ! Gretchen est tombée dans la musique toute petite déjà, vivant dans un milieu où la musique était reine. La jeune femme travaille beaucoup et fait ensuite éclater son talent musical au grand jour… Les projets et contacts se multiplient, elle se fait remarquer par de grandes marques de matériel musical, et surtout par de grands guitaristes et musiciens. On la compare entre autres à Steve Morse, elle est encouragée par Jason Becker, elle joue avec le bassiste Stuart Hamm [1]… Et c’est loin d’être fini, la liste peut être encore longue…

Le premier album en solo de Gretchen Menn est « Hale Souls »… Et autant dire que cet album est étonnant à plus d’un titre. On ne tombe pas dans l’inspiration trop marquée de beaucoup d’albums de guitare instrumentale rock (vous comprenez ce que je veux dire, je parle de tous ces albums cherchant à trop imiter soit Joe Satriani, soit Steve Vai, ou soit Yngwie Malmsteen par exemple…). Cet album a le mérite de ne pas sonner comme un copier-coller ou un tribute… Gretchen a de vraies compositions et un jeu inspiré…

Revue de détail

JPEG - 41.7 ko

« Scrap Metal » commence avec un morceau qui envoie bien (ça fait penser un peu à du Jason Becker ou du Marty Friedman) et dit tout de suite que cet album sera à base rock, mais avec des influences de différents styles. « Oleo Strut » continue sur cette lancée avec un côté plus fusion à la manière de Steve Morse dans le contexte de son groupe Dixie Dregs. « Déjà Vu » est un beau mélange de guitare acoustique et de guitare électrique avec un côté planant et inspiré notamment par un lyrisme de musique classique. « Valentino’s Victory Lap » plonge encore plus dans le rock aux influences de musique classique tout en évitant de tomber dans la caricature du néo-classique, ça pourrait faire penser à une rencontre musicale entre Jason Becker et Eric Johnson. « Fast Crowd » et « Is It Not Strange » montrent la belle maîtrise de la guitare acoustique par Gretchen, ce qui est intéressant car tous les guitaristes électriques ne sont pas forcément à l’aise en dehors du contexte électrique. « Captured Barricade » revient aux affaires rock metal et sonne épique avec son thème et le retour au premier plan de la guitare électrique de Gretchen. « Walking Shadow » est un morceau joué exclusivement… au violon ! Étonnante surprise. « Struck Sleepless » mélange guitare rock et violons dans l’accompagnement, quelque chose que ne renierait pas un Led Zep moderne avec une guitariste de haute volée. Belle réussite. « Fading » est magnifique avec cette rencontre entre cordes de nylon et cordes d’acier à travers différentes guitares, le tout renforcé par la présence du violon et la beauté de la voix diaphane de Kirsten, la sœur de Gretchen.

Au final, un album accessible à tous les gens qui aiment la guitare instrumentale. « Hale Souls » allie maîtrise, gros son et finesse. Comme une main de fer à virtuosité et puissance de feu dans un gant de velours d’une douceur pleine de nuances et subtilités. La diversité des influences est appréciable, que ce soit au niveau des styles musicaux et des inspirations guitaristiques ; on sent vraiment la recherche de créer son propre style, ce qui est intéressant et passionnant. Enfin, j’aime beaucoup aussi l’osmose qui peut exister dans certains morceaux entre les parties de guitare acoustique et les parties de guitare électrique.

Le site de Gretchen Menn : http://www.gretchenmenn.com/

« Oleo Strut » par Gretchen Menn
Gretchen Menn (guitare), Stuart Hamm (basse), John Mader (batterie)
Gretchen Menn

Notes

[1bassiste qui a joué entre autres avec Joe Satriani, Steve Vai, Frank Gambale

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.