> Mag > Musique > Happening, de la salle de répète au vaste monde

Interview

Happening, de la salle de répète au vaste monde

mercredi 17 février 2016 par Tom Rad-Yaute CC by-nc

Rencontre avec Anthony (guitare/chant), Bastien (batterie) et Martin (basse) : les hommes derrière la boule de nerfs dont le nom est Happening.

JPEG - 437.3 ko
Martin, Bastien, Anthony - Avant leur concert de Château rouge
© Geoffrey Martin

Pouvez-vous me parler un peu de ce que vous avez fait avant Happening ?

Anthony : J’étais dans un groupe qui s’appelait Arteries Shaking avec Martin. Au départ, Happening, c’était Bastien et moi, on écrivait des morceaux, on s’essayait à de nouvelles choses. Puis on a demandé à Martin de faire la basse.
Bastien : Moi, j’avais un groupe de pop-punk, Pin-Up explosion. Des chansons de skateboard… En fait, on s’est connu à l’école de musique. À la base, Anthony et moi, on faisait des reprises de Rammstein (rires)...
Anthony : Puis à un moment on s’est dit qu’il était peut-être temps de faire quelque chose de concret, on a proposé à Martin de nous rejoindre et c’est comme ça que c’est né.

Vous considérez Happening comme votre projet le plus sérieux ?

Anthony : Clairement. Les autres projets étaient sérieux mais on a appris grâce à eux et on essaye de faire le moins d’erreurs possibles – même si on en fait malgré tout, mais moins qu’avant, peut être de manière plus réfléchie. Je pense que c’est le projet sur lequel on va le plus loin, sur lequel on se dévoile et sur lequel on s’investit pour de vrai.

Vous venez de sortir un album. Pouvez-nous dire un peu dans quelles conditions ça s’est fait ?

Anthony : Il est sorti via Send the wood music, un label de Montpellier, qui a sorti d’autres groupes très cools, genre Gnô, un des groupes dans lequel jouait avant Christophe Godin. On les a connus par le biais d’Arteries Shaking. On leur a proposé de sortir l’album et ça s’est fait. Il est distribué par toutes les plateformes connues, style Itunes, Amazon, Spotify, toutes ces saloperies qui ne servent à rien à notre échelle (rires) ! Si vous voulez acheter un album physique, faut venir nous voir jouer, ou le commander sur le shop du label, ou sur le nôtre !

Est-ce que vous pouvez nous parler de votre lien avec le Brise-Glace ?

Anthony : On les avait rencontrés avec Arteries shaking. Pour moi, on s’en est fait des amis, des alliés… C’est grâce à eux qu’on joue aujourd’hui. On a enregistré les voix de notre premier EP chez eux, des bonus acoustiques, ils nous ont suivis, nous ont placés sur certains plans. On a retravaillé avec eux pour l’album et on a fait une résidence récemment, avec Tom, qui est l’ingé-son sur les plans comme aujourd’hui. C’est clairement notre salle de coeur !
Bastien : Concernant le boulot de résidence, on a surtout bossé sur le son du groupe, sur des plateaux qui en valent la peine, avec du vrai matos et surtout avec Tom.
Anthony : J’ajoute que quand on parle de « plateaux qui en valent la peine » c’est juste qu’il y a des salles qui permettent plus de choses que d’autres, qui demandent plus de travail. Mais, tous les plateaux en valent la peine. Jouer dans une cave est tout aussi important que faire une grosse SMAC. L’important, c’est les gens... Comme disait Bastien, on a passé du temps à bosser sur le son, sur l’identité du groupe. À travers le matériel, il faut arriver à un son qui sonne un peu comme si on jouait dans notre salle de répète, en plus travaillé évidemment. On cherche un rendu qui nous ressemble, qui ressemble au dernier disque qu’on a sorti.

JPEG - 388.1 ko
Interview Happening - Tom à la captation
© Geoffrey Martin

Est-ce que vous pouvez avoir l’impression d’être formatés dans ces résidences, d’une manière ou d’une autre, d’avoir une pression par rapport à ce que vous aviez envie d’amener ou d’être ?

Anthony : Si on ne connaissait personne, on se serait peut-être sentis dépendants, on aurait peut-être cherché à se comporter comme on nous demandait de nous comporter, mais là c’est pas du tout le cas. Si on a envie d’aller fumer une clope et de rien faire pendant dix minutes, personne va nous emmerder. Ce sont des collègues, des copains, du coup quand l’un a envie de faire une pause, l’autre a aussi envie, et quand l’un a envie de bosser, ben l’autre, c’est pareil. Il n’y a aucune contrainte... Dans la mesure du raisonnable évidemment. Là-bas, on se sent toujours à la maison. Les conditions sont chouettes et personne ne nous a jamais mis la pression. Je pense que c’est pour ça que ça se passe si bien.

Sur votre site, vous décrivez votre groupe comme « alternatif ». En quoi est-ce que vous êtes alternatifs ? Le punk, ça signifie quelque chose, pour vous ?

Bastien : Les deux formations qu’on avait avant étaient deux groupes punk, pop-punk ou autre…
Anthony : Le punk, nous concernant, c’est plus une énergie qu’on essaie de garder dans nos morceaux qu’un style.
Bastien : On se décrit « alternatif » parce qu’on ne sait pas… Aux yeux de nos grands-parents, on fait du hard-trash-metal-extrême-etc et aux yeux des mecs qui font ça, on fait de la pop. (rires)
Anthony : Dès le départ, on s’est dit qu’on ne voulait pas d’étiquettes, on ne se ferme pas de portes. Si on écrit quelque chose qui ne colle pas esthétiquement à ce qu’on a fait avant, on s’en tape. Quand je regarde les affiches à l’étranger, il y a rarement de style, c’est juste un nom et puis basta. Si les gens veulent savoir ce que c’est, ils vont écouter. Sur notre site, c’est « post-hardcore alternatif », on a rien de post, rien de hardcore et rien d’alternatif. Pourquoi on a mis ça ? Je ne sais pas ! C’est peut-être ce qui s’en rapproche mais, dans l’absolu, on s’en fout. On joue de la musique. On n’a jamais voulu rentrer là-dedans… Si un jour, on veut rapper sur un morceau, on le fera. C’est pas pour autant qu’on se considérera comme groupe de rap ! C’est triste, ce besoin de ranger les groupes dans une case.

Y a-t-il des groupes qui vous tiennent particulièrement à cœur ? Qui vous ont inspirés pour faire ce que vous faîtes, même au-delà de l’inspiration musicale ?

Martin : On écoute plein de trucs. Pas forcément reliés à ce qu’on fait…
Anthony : Martin écoute du rap français ou US en plus d’écouter les mêmes trucs que nous... plus on passe de temps ensemble, plus j’apprécie aussi.
Martin :Moi, j’aime les textes, aussi. Quand j’écoute des groupes comme Norma Jean, ça me parle…
Je pense qu’on s’inspire de toutes les musiques qu’on écoute, on ne compose pas forcément dans tel ou tel esprit. On laisse aller.
Anthony : Le fait de faire quelque chose qui ne parle pas forcément à tout le monde vient sûrement de ça. On se nourrit d’un tas de trucs différents. Après, s’il y a un groupe auquel on nous compare très souvent, c’est Thrice. J’en suis plutôt fier parce que c’est un de mes groupes préférés, même si je n’ai jamais eu l’impression de m’inspirer d’eux pour composer, c’est peut-être inconscient.

Essayer d’être fiers de ça quand on sera vieux, ou morts.

Vous êtes contents de jouer avec Therapy ?

Bastien : Moi, je ne connaissais pas avant mais on est content parce que c’est des gros papas avec une carrière remarquable. C’est cool de jouer avec des pointures comme ça.
Anthony : C’est après avoir accepté la date qu’on a découvert qui était Therapy ?, qu’on s’est rendu compte de la notoriété qu’ils avaient, de l’impact qu’ils ont eu sur d’autres générations. On est contents et fiers. Il n’y a pas si longtemps on était dans notre salle de répète à envisager de fonder un groupe et aujourd’hui on nous demande de faire la première partie de Therapy ? dans une super salle, dans des conditions qui sont tops. À notre petite échelle, c’est hyper motivant. On est juste ravi. Merci Château Rouge ! Bisou Therapy ? !

Est-ce que vous avez d’autres activités autour de la musique ou en lien avec ce milieu-là ?

JPEG - 398.7 ko
Interview Happening - Finalement, c’est un double Tom
© Geoffrey Martin

Martin : Moi, je suis président de la MJC d’Aix-les Bains, là où on répète.
Anthony : On a pas peur de dire que chez nous, il se passe pas grand-chose à l’exception d’un gros festival et d’un événement sur une semaine que notre MJC organise. Sinon, il se passe rien du point de vue de la musique rock. Du coup, Martin a voulu s’impliquer pour essayer de faire changer les choses, les avis, les préférences. Même si évidemment, il n’y a pas que le milieu de la musique à faire évoluer. Encore une fois, à notre petite échelle, on tente des trucs.
Bastien : Je fais de la vidéo, de la photo et du graphisme. Tout ce qui tourne autour de ça.
Anthony et Bastien : C’est lui qui a fait la pochette de l’album, nos clips avec parfois une aide extérieure, nos visuels pour un peu tout ce qu’on fait. Faut le dire, même s’il n’ose pas se mettre en avant. (Rires)
Bastien : Et puis, je vais parler d’Anthony - vu que lui parle de moi -, lui, il sait se servir de Protools maintenant (rires). Il a fait les guitares et les basses de l’album chez lui... On a tous un peu développé des compétences pour faire avancer le groupe et celle-ci nous permettront peut-être d’évoluer en dehors également.
Anthony : Faire les choses nous-mêmes, ça nous permet d’économiser de l’argent et d’arriver à un résultat qui nous plaît vraiment. Plus le temps passe et plus on devient autonome, j’espère qu’à terme, on n’aura juste besoin d’un petit groupe de gens autour de nous avec qui tout gérer.

    Impressions du concert au bar de Château rouge

    Le concert d’Happening commence par un faux départ.
    Peut-être de nervosité, le batteur casse le ressort de sa pédale de grosse caisse. Ce sera l’unique faux-pas du trio : le reste du set est exécuté de manière implacable.
    Happening, c’est un peu le power-trio par excellence. Chacun à son poste, pas de filet ou de solution de remplacement. On avance en rang serré, le groupe fait corps, avec notamment une basse-batterie imperturbable, qui martèle son propos sans un coup de caisse claire en trop.

    La musique nerveuse du trio alterne les riffs anguleux et les montées en puissance mélodiques, les moments suspendus et les explosions de fureur. Les ambiances se télescopent et se succèdent de manière aussi mouvante et imprévisible que la grosse mer de la pochette de leur tout nouveau disque.
    L’énergie explosive du trio, son attitude sur scène, son contact chaleureux avec le public (plutôt le fait d’Anthony, le chanteur, il faut bien le dire), tout sent la sincérité et l’envie d’en découdre.

    La petite scène du café de Chateau-Rouge permet une proximité qui va bien au groupe et permet de prendre sa mesure.


Pour revenir à Aix-les-Bains, est-ce qu’il y a d’autres groupes dont vous vous sentez proches et dont vous voudriez parler ? Est-ce que vous faîtes partie d’une scène ?

Martin : Il y a quelques groupes sur Aix-les-bains, mais pour trouver des gens qui ont des goûts musicaux et des ambitions qu’on partage un peu, c’est plus sur Lyon. Il y a Directors Cut, avec qui on a déjà joué et avec qui on rejouera.
Anthony : Ils avaient ouvert pour nous pour la sortie de l’album, avec d’autres potes, du nom d’Above the North, c’est un groupe de melodic-hardcore de Lyon. Il y a aussi Tusk qui vaut bien le coup.
Bastien : Y’a aussi Space fisters, j’étais en musique étude avec eux, qui se bougent le cul pour faire du son.

Est-ce que vous lisez des fanzines ou des blogs ?

Bastien : Euh, j’avoue que…
Martin : Un peu Altnews ou quand on parle de nous, mais pas trop au courant non plus…
Bastien : Plutôt les pages Facebook...
Anthony : Moi, par contre, je lis un tas d’articles, que ce soit des petits fanzines ou des gros sites. Pas un site en particulier mais un peu tout ce qui passe, si un titre me plaît, je lis. Je passe du temps là-dessus. C’est peut-être un peu plus mon rôle dans le groupe... Puis ça fait des histoires à raconter. Parfois trop. (rires)

C’est quoi, vos projets pour la suite ?

Anthony : Faire un concert sur une autre planète, pour l’équipe de Stargate SG-1. (Rires)
Bastien : On booke une tournée pour le mois de février., avec un groupe anglais, Kidbrother. Puis ensuite tourner le plus possible…
Anthony : On veut aussi faire un max de clips. Diffuser nos morceaux par le biais de la vidéo, parce que c’est plus intéressant qu’un simple fichier audio. Et puis à terme, refaire un disque… mais pas tout de suite, hein.
Martin : Le projet, c’est de devenir les maîtres du monde ! D’aller le plus loin possible.
Anthony :D’aller là où on veut aller, essayer de séduire les gens pour que notre vie tourne autour des concerts, des tournées... et essayer d’être fiers de ça quand on sera vieux, ou morts.

Anthony, j’ai vu que tu avais un projet qui s’appelle Mental Jail…

Anthony : C’est un duo accoustique, un peu plus accessible qu’Happening en terme de style, avec Anthony Arbet qui était un membre d’Arteries Shaking. On va enregistrer prochainement. J’y crois vraiment, je suis assez content de ce qu’on fait tous les deux. C’est deux guitares acoustiques, un pedal-board et deux chants. Bastien va s’occuper de tout le visuel et Martin écrira peut-être des textes pour nous. Qui sait ? C’est un truc qui me tient à cœur et je pense que mes frangins d’Happening en feront partie d’une certaine façon...

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.