> Mag > Musique > Interzone entre Orient et Occident

Interzone entre Orient et Occident

mardi 15 mai 2018 par Jean-Pierre Biskup CC by-nc

Interzone est la rencontre musicale entre une guitare électrique occidentale jouée par Serge Teyssot-Gay (ex-Noir Désir) et un oud acoustique oriental joué par Khaled Aljaramani. Le concert du 24 avril au Totem à Chambéry affichait complet pour cette belle affiche invitant au voyage et à la rencontre des cultures d’Orient et d’Occident. Une très belle soirée.

Interzone est un duo né d’une rencontre musicale en Syrie entre un musicien français et un musicien syrien, il y a plus de quinze ans. Ce projet musical a permis la rencontre de différents styles musicaux et de différentes cultures dans une démarche de partage et de création. Avec déjà trois albums à son actif, et un quatrième en préparation (sortie prévue pour l’an prochain), Interzone est un projet musical qui plaira à tous les aventuriers de la musique et de l’art.

Pour commencer la soirée, nous avons droit à de la poésie en français et en arabe avec le poète Mohamed Aouragh, artiste à la culture à la fois marocaine et française. On est tout à fait dans le thème de la soirée, avec la notion de voyage, de partage, et de rencontre entre Occident et Orient. Les deux poèmes choisis sont déclamés en français et en arabe. Le premier poème est dédié à la Médina de Fès, Mohamed Aouragh en est l’auteur. Le second poème est du poète marocain Abdelatif Laâbid et a pour thème la lutte contre la barbarie. Ces quelques instants de poésie ont été appréciés et ont pu servir d’ouverture à la soirée.


JPEG - 305.4 ko

Interzone est là. Tout de suite, l’ambiance est posée. Entre guitare électrique jouant sur les sons et les effets, plus souvent à coups de riffs et de notes qu’à coups de solo de guitare, et oud acoustique plus virtuose et chantant tout évoquant son Orient. Rencontre entre modernité et tradition également. On entend aussi les voix : celle du guitariste en chœurs, rauque, grave et profonde, et celle du joueur de oud plus aérienne, mais tout aussi profonde.

Ce mélange de sons, d’instruments et de voix propose quelque chose de beau, sensible, profond, créatif, original, personnel… A l’écoute de cette musique on peut voyager en restant sur place, on peut approcher la transe quand la musique se veut plus hypnotisante et dansante. Les morceaux issus du tout début du groupe semblent a priori les plus puissants et accessibles, mais en fait il y a de très beaux et bons morceaux de musique dans chacun des albums d’Interzone, donc pas de prédominance particulière.

On est proche d’une musique sacrée, on se croirait dans une cérémonie où la musique en est l’essence. Le temps passe vite durant ce voyage. Les applaudissements vont clôturer la soirée. Le public sort et se disperse peu à peu. Après le concert, les artistes seront là le temps d’échanger quelques mots après avoir transmis des émotions par la musique. Une belle soirée de partage et de rencontre entre différentes musiques et cultures cherchant une zone où s’exprimer… Interzone…

Image d’emblème par Zita Beretta CC BY-SA 3.0

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.