> Mag > Musique > JulDem, le valaisan à la conquête du monde

Hivernales 2017

JulDem, le valaisan à la conquête du monde

mardi 21 mars 2017 par Isa Guignet CC by-nc

Le musicien Julien Pellaud, alias JulDem, a beau être jeune et débuté dans le monde de la musique, il révèle une maturité surprenante et séduit avec une musique éclectique et touchante.

Quand on apprécie un concert de ce jeune artiste, qui n’a que 25 ans et une septantaine de concerts à son actif, il est difficile à croire que c’est un pur autodidacte qui n’a jamais suivi de cours de chant, ni de guitare. Et pourtant, ce valaisan de souche a de quoi surprendre, tant par ses mélodies tantôt dynamiques, tantôt poétiques que par la maturité de ses textes. Car mature, il l’est. Aucuns doutes là-dessus. Ses sujets de prédilections ? L’amour bien entendu, mais également la prison qu’est notre système sociétal, notre aptitude de décision à souffrir ou non dans notre vie, les jeux de pouvoirs gouvernementaux ou encore la spiritualité.


Pas d’études pour lui, c’est la passion pour la musique qui lui impose de prendre ce chemin si risqué et difficile qu’emprunte chaque artiste. Il préfère se consacrer entièrement à ses six cordes quand bien même l’avenir est incertain. Dès son plus jeune âge il débute la musique au sein d’un chœur, obtenant le rôle principal dans l’opéra « Jonas ». Depuis, il a bien évolué, en se lançant par lui-même, et peut-être pour lui-même, dans l’apprentissage autodidacte de la guitare, et compose dès lors ses premières chansons, à tâtons. Depuis trois ans, il se produit suffisamment en Suisse romande pour avoir confiance en l’avenir.

De passage au festival Les Hivernales à Nyon en février dernier, ce passionnée de physique quantique nous a accordé quelques instants pour discuter autour d’un thé, et de refaire le monde à coup de pensées philosophiques.

Entretien


Tu es bien jeune. Depuis quand as-tu ce projet solo ?

JulDem : Cela ne fait que trois ans en soi. Un jour je me suis mis à la guitare, que j’ai apprise de façon expérimentale, et j’y ai ensuite apposé des textes. Le résultat sera un premier album à venir pour la fin de cette année.

Tu joues parfois en solo, et parfois accompagné. Quelles en sont les raisons ?

JulDem : Il s’agit d’un deuxième objet musical, un groupe dont le nom reste JulDem. Je suis accompagné de quatre musiciens (nrld : Nathan Bonjour : batterie, Simon Jaccard : clavier, Joris Amann : guitare, Timothy Verdessa : basse) très talentueux, qui croient également en mon et notre avenir. C’est une très bonne chose que d’avoir tant de créativité de nous tous réunis.

Où vas-tu puiser l’inspiration pour tes textes ?

JulDem : L’inspiration me vient de la vie de tous les jours, de ce que j’observe et apprends des gens, de l’expérience de la vie, du monde, de la nature. Je lis énormément, de tout. Et cela aussi me questionne sur tellement de choses qui sont exploitables en musique. Je lis toute sorte de textes, et j’avoue que les réflexions fusent dans ma tête.

Ta musique est assez variée musicalement. Comment la définirais-tu ?

JulDem : C’est un sacré mélange de pop-folk, de soul, avec des touches de reggae, rock et électro aussi. Un peu de tout en soi, toujours mixé de façon à rendre le résultat harmonieux musicalement.

Ce soir tu joues en terres vaudoises, loin des tiens. (rires) Comment te sens-tu ?

JulDem : J’ai toujours le trac. On manque toujours un peu de confiance en soi, mais je me réjouis. Le lieu se prête bien pour l’attention du public aux textes notamment.

Où te vois-tu dans dix ans ?

JulDem : Mort ?! (Rires). Je n’en sais rien, musicien toujours ? Mais pas que ! Il y a quelques projets humanitaires qui m’attirent.

Enfin, si tu avais la possibilité de passer une soirée avec une personnalité, vivante ou décéder, pour manger, bavarder, refaire le monde ou picoler, qui choisirais-tu ?
JulDem : Personne ! Il y a trop de choix en fait, et j’adore être seul avec moi-même !

Propos recueillis par Isa Guignet en marge du concert de JulDem aux Hivernales de Nyon 2017.

JulDem - The World Goes Down (With The Rhythm)

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.