> Mag > Musique > L’Effondras, poême de bruit

L’Effondras, poême de bruit

mercredi 5 avril 2017 par Tom Rad-Yaute CC by-nc

De L’Effondras, on ne connaissait que peu de de choses. Une réputation de groupe à part, quelques chroniques et l’écoute d’un disque, impressionnant, où tout semble pensé, travaillé, mûri. La hâte d’aller à la rencontre physique de leur musique le disputait à la curiosité à l’approche de leur concert au Brin de zinc, sur la route d’une tournée pour la sortie de leur deuxième album, Les Flavescences.

Dès les premiers accords, l’atmosphère est tendue, habitée. Le trio est arc-bouté sur ses instruments, respire la concentration. On les sent déterminés à donner quelque chose de fort, au service de leur musique à la fois grandiose et épurée. Notes esseulées, esquisse de mélodie, sans cesse reprise, sans cesse amplifiée et ornée.


JPEG - 313.2 ko

La présence de l’Effondras pouvait étonner dans une soirée dont la couleur annoncée était plutôt la musique psychédélique.
A priori, avec L’Effondras, on est à mille lieux de la musique psyché. Loin des déluges de fuzz, des ritournelles garage estampillée sixties ou des solos tonitruants à la wah-wah. L’Effondras, c’est tout le contraire : le dépouillement, la sobriété, tant au niveau du son que des mélodies. C’est l’anti-psyché. Ou alors : psychédélique dans un tout autre sens, un sens austère et beau. Moins porté sur les paradis artificiels et plus sur une contemplation violente, sur l’obscurité et le mystère.

En fait, ces types donnent l’impression de jouer du rock avec une rigueur d’instrumentistes classiques et leur musique elle-même explose les cadres du rock.

    John et Salomé est une toute jeune association de soutien de projet artistique à tendance Psychédélique. Booking, Merch, Promotion. et ce premier concert était un joli coup. On leur souhaite longue et bruyante vie. http://johnetsalome.com

Elle en garde pourtant toute la violence – des références comme Sonic Youth ou les pointures du post-rock sont régulièrement évoquées - mais les atmosphères puissamment émotionnelles qu’elle convoque sont d’une intensité, d’une ferveur qu’on ne trouve pas dans le rock, ou presque pas.
C’est au-delà. C’est à la fois plus sombre et plus lumineux. Il y a quelque chose d’intemporel, de vif, de sensible et de troublant.

Une belle rencontre.

Toutes images ©Lionel Fraix

Tom s’occupe également d’un blog plein de bruit et de fureur, Rad’Yaute

http://leffondras.com/

  • ZU + L’Effondras + Stefano Pilia :
    le vendredi 7 avril 2017 de 20h30 à 23h30 Bobine, Grenoble

    Soirée Post-rock, jazz-core, psyché, électronique

    Zu

    incroyable mélange de métal, jazzcore, no-wave, noise et électronique

    https://www.facebook.com/vajrazu

    Stefano Pilia

    l’Effondras, deux guitares et une batterie suffisent à son post rock instrumental. le trio de Bourg En Bresse développe avec maîtrise des ambiances épurées et tortueuses, un son subtil organique et gracieux.

    https://www.facebook.com/leffondras

    10€

    localiser

    adresse

    42 Boulevard Clemenceau


    Grenoble (F)
    complément

    Salle portée par l’association projet Bob

    Salle de concert - Bar - Restaurant

    04 76 70 37 58

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.