Articles récents

  • Partout les gens sont les mêmes

    La Vraie Vie

    Où est-il possible de voyager dans la diversité du réel en quelques heures ? Comment comprendre ce qui se passe aux quatre coins du monde sans bouger de sa chambre ? Certains pensent qu’en regardant le 20h on se tient au courant. Non ! Trois fois non ! Il faut aller à la bibliothèque.

  • A la bibli y’a d’la BD

    La Vraie Vie

    Étant une aventurier intrépide, munie de ma carte Biblliofil, je me suis lancé depuis quelques temps dans une exploration quasi systématique des médiathèques pour comprendre les nouvelles tendances.

  • Aventures à la bibliothèque

    La Vraie Vie

    Non, le numérique ne tue pas la culture. Au contraire, il la rend accessible à tous. Et avec lui, les films, la musique, le reportage, la presse.
    Vous désirez découvrir la bande dessinée actuelle ?
    Vous voulez essayer d’écouter un opéra en entier ?
    Vous voulez voir l’intégrale de Jim Jarmusch ou de Woody Allen en un week-end ?
    Une carte Bibliofil et hop ! En route pour l’aventure.

  • Inénarrables racontars

    La Vraie Vie

    Par ces temps de canicule, un petit tour dans une médiathèque cli­matisée ne peut pas faire de mal. J’y ai puisé trois albums infernaux et hivernaux sur papier glacé. Nuit 24 heures sur 24 et pièges à relever dans le blizzard de temps en temps. Sinon, on vit dans la cabane sans trop de lever de sous sa peau d’ours.
    Les hommes (et les femmes ???) sont, disons…particuliers.
    Disons…tendres et rudes !

  • Tous les cadavres se ressemblent…

    La Vraie Vie

    Vous n’avez jamais fumé une Drina ? Vous ne savez pas qui est Joe Sacco ? Le nom de Goražde n’évoque pas grand chose pour vous ?
    Pas de pote là bas ? : Riki ? Le Docteur Alita Begovic ? Edin ? La bande des Vilaines ?
    Joe Sacco est considéré comme le père de la BD-reportage. Il les connait bien, lui, ce lieu et ces gens.
    Et moi je connais Joe Sacco depuis que j’ai rencontré son album "Goražde“ à la Médiathèque près de chez moi.

  • Un génocide « pas très grave »

    La Vraie Vie

    Je me promène toujours dans la BD. Les médiathèques de ma ville sont un terrain d’aventure insoupçonné. J’y fais d’étranges voyages. Récemment je suis allé voir la guerre. Je sais : ce n’est « vraiment pas un spectacle » comme le disait Brassens en parlant du nombril de la femme d’un flic.

    Et pourtant si !

    Allez, aujourd’hui on va faire du tourisme au Rwanda en 1994 : d’accord ?

  • plus récent | plus ancien