> Mag > Musique > Le jazz-rock compte sur Contat

Le jazz-rock compte sur Contat

mardi 3 juin 2014 par Jean-Pierre Biskup CC by-nc

Olivier Contat, maestro de claviers originaire de Savoie, propose un album de musique instrumentale de fusion jazz-rock de haut vol ! On peut citer notamment la présence sur le disque du guitariste Marc Guillermont et du bassiste Frans Vollink. De la musique riche et virtuose, profitez de cette musicalité si vous aimez le jazz moderne !

Le pianiste Olivier Contat a plus d’un tour dans son sac : il peut jouer de nombreux instruments (guitare, basse, batterie, etc…), pas seulement du piano et des claviers. Il a aussi une expérience conséquente : participation à une centaine d’albums CD ou DVD, du travail de composition musicale pour différentes chaînes de télévision, de la publicité, des documentaires, etc… Bref, nous ne sommes pas face à un débutant !

Olivier se lance donc dans l’enregistrement et la production de son projet musical personnel : the Olivier Contat Project. Pour l’aventure, il fait notamment appel à Marc Guillermont à la guitare, et Frans Vollink à la basse, deux sacrées pointures connues par les initiés de la musique jazz-rock.

Musicalement, Olivier compose et arrange quasiment tout, c’est lui qui dirige. Il joue non seulement des claviers, mais aussi d’autres instruments quand cela est nécessaire. C’est riche, très esprit fusion jazz-rock sans tomber dans certains excès, c’est mélodique, bien arrangé, avec un beau son, c’est clair et net, du beau travail. Et c’est d’une qualité plutôt étonnante car ici le musicien s’est occupé de tout sans l’aide de boîtes de prod’, labels ou studios.

En détail

« Meet itself along the way » commence dans le plus pur style de la musique jazz-rock avec des arrangements riches typés jazz et une énergie rock qui transparaît notamment grâce à l’apport de la guitare électrique.
« Reflection » est une ballade plus calme et mélodique, tout en restant dans l’esprit du style musical de l’album. « 16 Barbes » met la basse assez en avant, et ensuite place entre autres aux harmonisations avec guitare et claviers. « Tapatah » signe le retour à une ballade, cette fois-ci principalement emmenée par la basse, ça rappelle de belles influences de grands bassistes du jazz.
« Footprints » est un morceau de Wayne Shorter, repris ici de façon assez intéressante et étonnante. « Last day » renoue avec le côté calme et mélodique de certains morceaux du disque. « Happy birthday » continue sur cette lancée avec un style plus feutré de jazz-rock, c’est-à-dire sans le côté électrique. « Ouch boud » va clôturer l’écoute du disque avec toujours ce souci de la mélodie et des arrangements harmonieux, tout en laissant des moments pour que s’expriment les instruments avec quelques envolées virtuoses.

Il faut saluer la qualité de l’album, surtout concernant ce type de musique qui est très exigeante à tous niveaux. On ne peut que dire bravo et tirer un coup de chapeau pour cet album agréable et riche musicalement à écouter, ni trop long, ni trop court. Juste la durée nécessaire pour se laisser emporter et s’évader.

Un bel hommage au jazz-rock.

Le site d’Olivier Contat : ici

Olivier contat project, avec marc guillermont, frans vollink
Disponible ici
olivier contat

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.