> Mag > Arts > Les confidences de Kitap Kurdu

La Corde de Eudes Menichetti

Les confidences de Kitap Kurdu

mercredi 13 juin 2012 par Amandine Crey CC by-nc

Emprunter une œuvre d’art comme on emprunte un livre ou un CD, vous y avez déjà pensé ?
L’Artothèque de la bibliothèque de Bonlieu à Annecy est là pour ça.

Depuis vos dix-huit ans et votre période Dali, il vous suit. De votre chambre d’adolescent à votre premier appartement, il est là, trônant sur le grand mur blanc au-dessus de la télé. Ses couleurs ont filé, son plexiglas est rayé, ses angles sont rabotés. Votre regard est devenu méprisant, pire, vous l’ignorez. Il est loin le temps où vous passiez des heures à chercher les images cachées, à extrapoler sur le système de paranoïa critique.

Il est temps, il faut faire son deuil, décrochez ce cadre. Pensez à toutes les possibilités qui s’offrent à ce grand mur blanc. Vous n’avez pas le compte en banque de François Pinault ? Vous ne comptez pas Jean-Marc Salomon parmi vos intimes ? Qu’à cela ne tienne, filez à la bibliothèque, prenez une carte et votre salon vous remerciera. Faites de chaque nouvel emprunt un évènement mondain et votre vie sociale s’en trouvera améliorée.

Mais qui peut remplacer Salvador après toutes ces années ? Kitap Kurdu, l’élégant rat de bibliothèque, est là pour vous aider et pour rester dans cette ambiance surréaliste, il vous a déniché une œuvre de Eudes Menichetti (né en 1969, à Paris) intitulée La Corde. Un homme végétal, une fougère humaine sautant à la corde, voilà de quoi renouer avec votre imaginaire et épater vos amis.

La Corde de Eudes Menichetti, 2007

Gravure à l’eau-forte noir & blanc, 50 x 66 cm

Galerie Domi Nostrae, 2007

Bonlieu / Secteur artothèque / Cote H1

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.