> Mag > Cinéma > Les fous appelés sous les drapeaux

Les fous appelés sous les drapeaux

dimanche 10 juin 2012 par François Habran CC by-nc

Chaque année, les participants du forum “les fous d’anim“ présents au festival International du Cinéma d’Animation d’Annecy se réunissent sur le Pâquier pour faire connaissance et casser la croûte sur l’herbe tendre. On y était. Rendez-vous fixé “sous les drapeaux“.

Allez-voir, c’est LE blog/forum où on cause de cinéma d’animation.

Chaque année le rendez-vous est fixé le mercredi, mais cette année, le pique-nique a fait l’andouille et est tombé à l’eau. Qu’à cela ne tienne, ils se sont réunis le samedi à la place. Le tam-tam a fonctionné correctement, il y avait du monde, c’était sympa. On a rencontré les animateurs et Alexandre, qui est aliéné pratiquant depuis déjà quelque temps va vous en parler.

Tiens, voilà Alain qui ramène sa fraise en animation video :

Moi, j’en ai profité pour faire mon flou d’anim et je vous présente dans le portfolio les gens du site en chair et os.

J’espère bien que l’an prochain on arrivera à nouer des liens plus étroits et faire des choses ensemble.

En tous cas, ils sont sympathiques et passionnés. Pas fous du tout en fait : plutôt sérieux !

Et ils font aussi plein d’autres choses que des casse-croûtes :

PNG - 14.3 ko
site
PNG - 13.8 ko
forum
PNG - 12.2 ko
actus
PNG - 12 ko
défis

___

En ce moment les , rigolos…

Portfolio

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.

Voir le seul commentaire

Les commentaires de cet article

  • Le 10 juin 2012 à 08:41, par Olivier Dutertre En réponse à : Les fous appelés sous les drapeaux

    Effectivement, c’était vraiment sympa de rencontrer ces gens.

    J’ai eu l’occasion de discuter lors de ce pique nique avec deux lauréats : Carlo Vogele et Franck Dion

    Franck expliquait qu’il ne goutait pas trop l’ambiance potache des projection et que c’était toujours quelque chose de difficile de voir ses films projetés en public.

    Carlo assumait le côté bricolo de son animation (avec les fils visibles pour l’animation des poissons) et appréciait la possibilité qu’offre l’Europe de faire des petits projets perso, alors qu’au États-Unis (il bosse chez Pixar) l’animation est trustée par quelques grands studios et les courts ne concernent que la pub.