> Mag > Musique > Metal under pressure

Metal under pressure

mercredi 11 février 2015 par Roger Chirpaz CC by-nc

Me voici en Savoie, enneigée ce samedi 07 Février 205, dans la Salle des Fêtes de Motz-Châteaufort en Chautagne pour participer au Metal under Pressure – 2. Ce fest organisé par l’association Metal Circle nous propose une affiche de 5 groupes officiant dans des styles différents de metal.

Au menu donc, à part les diots/frites locaux, du métal prog, du thrash/death, du métal extrême ambiant, du gros death technique et de la fusion métal/hardcore/hip hop. Voilà de quoi ravir je pense un nombreux public qui a bravé la froidure hivernale pour venir se réchauffer, s’agiter et apprécier cette soirée métallique en diable.

Dredgers, éclectique et prometteur

Il est 20 heures au clocher de Motz lorsque les jeunes locaux Dredgers se présentent sur la grande scène pour nous offrir leur musique qu’ils nomment rock alternatif progressif.

Un quintette avec une chanteuse qui apporte de la fraîcheur aux envois soutenus et « riffus » des deux guitaristes. Tantôt plombée, tantôt plus discrète la rythmique suit les envolées plutôt recherchées de la formation en terme d’aventures électriques et éclectiques.
Maryline évolue avec aisance dans ces envois rock dans un registre clair mais sans accrocs. Tantôt rugueuses, tantôt éthérées les compositions du groupe sont très intéressantes et variées dans ce style « prog » souvent rébarbatif pour beaucoup. Ce soir une reprise de Bukowski viendra compléter leur set. Ces jeunes musiciens ont déjà tout compris au film dans ce style non simpliste et semblent posséder déjà une excellente maîtrise de leurs instruments. Encore une jeune formation prometteuse, à suivre donc dans un prochain enregistrement et en live bien entendu.


Shaytan, Brutal et morbide

Pour la suite, nous allons changer carrément de style avec le thrash/death imparable des Annéciens de Shaytan que l’on retrouve maintenant un peu partout sur les planches.
Alors nous allons déguster encore une fois avec plaisir leur prestation de ce soir après les arpèges recherchés de Dregders qui représentaient un peu de douceur dans un monde de brutes. Les brutes ce soir il y en aura, mais Shaytan se complaît dans cette brutalité métallique qui vous arrache ce qui vous reste de neurones.
Bien entendu comme d’habitude, le groupe n’est pas venus à Motz ce soir pour rigoler. Cela tranche, ça saigne dans une ambiance morbide à souhait.

Après deux ans et demi de concerts, les Savoyards connaissent la musique et nous font profiter d’un set sans faille avec du bon son ce qui ne gâte rien au contraire. Nous savourons donc entre autres, « The Agony Jail », The Revelation » et autre « No Lies » et le classique « Shaytan » qui clôture une prestation de métal extrême comme on l’aime, bravo !


Psygnosis, atmosphèrique et experimental

le groupe maconnais Psygnosis n’est pas un inconnu dans la sphère métal avec dèjà à son actif une bonne expérience discographique et scénique. C’est toujours avec plaisir que l’on retrouve cette formation en live il faut l’avouer.

Mais ce soir il y aura au micro en frontman, Renato (GOD DAMN, FLAYED), nouvelle expérience pour moi après le concert à Lyon au Warmaudio du 16 janvier dernier où j’avais pu apprécier le groupe évoluant avec 4 autres chanteurs, ce qui avait eu pour résultat un set original et varié, bon concept !

Donc ce soir le chanteur va donner une touche plus rock n’roll à la prestation. Prestation toujours aussi hypnotique et millimétrée dans la technique, mais débordante de folie dans des envois « riffus » ne laissant personne indifférent, loin s’en faut. Car il faut le reconnaître, Psygnosis, sous un aspect ambiant convenu est promoteur de climats violents qui vous font rentrer dans une cage métallique, qui vous mettent mal à l’aise quelque fois, mais qui satisfont en même temps votre besoin de puissance sonore.

Bref, ce soir le quatuor infernal, expérimental et aventureux nous a remplit de sonorités accrocheuses, avec en toile de fond des paroles, des screams et des growls bien accrocheurs en fait, merci !


South of hell, death à l’ancienne

Retour au death maintenant, au pur death old-school qui nous est envoyé dans les dents (sic) par les métalleux extrêmes de Chautagne South of hell.

Le quintette ne fait pas dans la dentelle on s’en serait douté, mais il nous offre sous un aspect « char d’assaut » une technicité sans faille dans un style situé entre ceux du groupe Death et du trio infernal ricain Dying fetus.

Les deux guitaristes cisèlent leurs riffs au travers d’une rythmique thrashisante qui vous force à headbanger, sans pitié pour vos pauvres cervicales. Le duo basse-batterie est implacable de maîtrise provocant des électro-chocs de bon aloi.
Ensemble parfait dans ce style qualifié bien souvent de bourrin, certes mais avec une technique efficace et redoutable en live.
Un fan du groupe pouvait leur dire à la fin de set « vous êtes toujours aussi bons », cela résume en fait cette prestation qui nous a collé au plafond, sans problème !


Minuit en Savoie et personne ne quitte la salle car là, tout de suite, nous allons encore changer de registre, changer d’ambiance donc avec Smash hit combo.

Smash hit combo, Rap metal imparable

Ce groupe à plus de 10 ans d’expérience et commence à être apprécié à sa juste valeur. Les deux frontmen agités et engagés vont mettre le feu dans la salle des fêtes de Motz ce soir.

Les deux gratteux cisèlent des riffs parfois dans une veine djent, technique donc, mais savent imposer un métal agressif et puissant le moment venu.
Méli-mélo de flow hip-hop, de chant écorché et incisif, refrains hardcore, rhytmiques implacables avec breakdowns bien placés, leur prestation est imparable d’autant plus que ce quintette ne fait pas dans la figuration sur scène et va au contact du public pour l’emmener dans son monde métal et core bien pensé maintenant.

Si vous aimez les comparaisons, nous pourrions dire que Smash hit combo est le résultat improbable d’un croisement entre Loforora, Rage Agains the Machine et les ricains pionniers du rap-metal Stuck Mojo. Ils se rapprochent de formations telles que Emmure et The Dillinger Escape plan dans une moindre mesure.

Bref, nous avons eu notre dose d’action ce soir après environ une heure d’envois musclés de la part de ceux de Mulhouse qui ont terminé debout sur le bar. Merci les amis vous revenez quand vous voulez !


Le festival Metal Under Pressure 2 se termine donc à une heure du matin et tout le monde est pratiquement resté jusqu’à la fin, c’est remarquable. Il y avait de quoi en prendre plein les mirettes et plein les oreilles ce soir à Motz.

Merci à Fargio et son équipe de bénévoles du Metal Circle pour ce moment fort passé en compagnie de la famille métal, on recommence quand ?

Toutes les images © Black Rogger

Compte-rendu initialement publié sur le site spécialisé metal Pavillon 666

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.