> Mag > Musique > Midnight Soul Serenade

Hors-Pistes 2015

Midnight Soul Serenade

samedi 14 février 2015 par Aurélien Balif CC by-nc

Le groupe New Yorkais de Jon Spencer est (enfin) de retour. Un troisième album qui ne vous laissera sans doute pas indifférent. Mr Spencer pousse la limite toujours plus loin. Les styles se mélangent, on replonge dans les décennies de nos vieux, on se noie dans un rockabilly punky.

Après deux ans de pause, Heavy Trash savait sorti son troisième album. Préparez-vous à vous prendre une grande claque qui vous laissera déboussolés et heureux.

Matt Verta-Ray et Jon Spencer, créateurs de cette bête sauvage rockabilly, enchaînent les disques comme une bande d’accros aux jeux sous speed s’exciteraient au Jenga : carré et droit au départ, avec une base stable, ils enlèvent des pièces. Le tout tangue, ça les fait flipper, ils croient, ils parient que tout va s’écrouler, ils en chient dans leur froc.

Mais Jon Spencer ne tombe pas. Il bouscule et pousse et nous entraîne dans une chute inéluctable qui ne vient pas, comme une moto dans un virage serré, qui penche de plus en plus mais finit par vous emporter en douceur vers le virage suivant. C’est à ce niveau que se situent les chefs d’œuvre de Jon Spencer. Peut-être qu’on n’en est pas encore là avec ce troisième album. Pas encore mais pas loin.

L’album s’ouvre sur « Gee I Really Love You », ballade garage geignarde qui rappelle la reprise de « Find Yourself Another Girl » par les Hives. Ce qui n’est pas anodin car l’influence est la même : soul, blues, country, rock des années 50 et début 60. Jerry Butler donc, Tennesse Ernie Ford, Hank Williams, Link Wray dans un autre registre.
On se demande si ce n’est pas de la contrebasse qu’on entend sur « Good Man », les baguettes claquent, les chœurs s’immiscent et vous vous retrouvez plongés en douceur dans une dimension temporelle bizarre : tout est pareil mais différent. Psychédélisme chaloupé sur « Sweet Little Bird », esprit punk déjanté à la Cramps pour « Bumble Bee », difficile de définir précisément cet album, il faut l’écouter pour le croire, le ressentir mais surtout ne pas trop réfléchir. Alors tendez la joue, et montez le volume.

Chronique initialement publiée sur Lords of Rock

  • Heavy Trash + Sarah McCoy + Duck Duck Grey Duck :
    le mardi 17 février 2015 à 21h00 Brise-Glace, Annecy

    Heavy Trash
    (rock’n’roll / rockabilly)

    Sarah McCoy
    (piano voix rhythm’n’blues de bastringue)

    Duck Duck Grey Duck
    (blues rock psychédélique)

    Dans le cadre du Festival Hors-Pistes , en partenariat avec les Nuits de l’Alligator

Heavy Trash - (Sometimes You Gotta Be) Gentle
Directed by Michael Lavine.
Taken from the album ’Midnight Soul Serenade’.
Order it here : http://bronzerat.com/shop/heavy-trash-midnight-soul-serenade/
Bronze Rat Records

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.