> Mag > Musique > MNNQNS, les british de Rouen

MNNQNS, les british de Rouen

samedi 2 novembre 2019 par Candice Grousset CC by-nc

Vous avez certainement buté sur la prononciation du nom de ce groupe : MNNQNS c’est « Mannequin » sans les voyelles. Mais qu’est-ce que c’est ? Sous ce nom un peu obscur se cachent quatre Rouennais qui signent un premier album corrosif après quelques années d’attente.

La légende raconte qu’à l’origine le groupe s’appelait simplement « Mannequin », mais que « quand tu écris ça sur Google, tu trouves des mecs très beaux et des filles très belles. Bizarrement on n’était pas dedans ». Le choix n’était donc pas un critère esthétique mais plutôt une question de bon référencement car il n’allait pas de pair avec les algorithmes de Google. D’où ce choix d’enlever les voyelles et de proposer un nom de groupe original et dont on se souvient (à défaut de savoir le prononcer).


JPEG - 95.6 ko

En 2013, nous sommes à Cardiff. Adrian, le chanteur, est en échange universitaire et découvre une multitude de salles de concerts. Déjà fan de rock britannique comme les Strockes, il comprend à ce moment là qu’il veut à son tour monter un groupe et surtout faire de la scène. Quelques mois plus tard à Rouen, il forme le groupe mais les membres finaux mettent un peu de temps à arriver. Maintenant, il est constitué d’Adrian, Marc, Félix et Grégoire.
Ils font leur petit bout de chemin jusqu’à être lauréats du Prix Ricard SA Live Music en 2018, signent chez un label british (Fat Cat Records) et sont bookés chez Alias. De quoi leur donner un bon coup de visibilité et MNNQNS est maintenant la nouvelle coqueluche du rock (et pas que du rock français).
Leur album était très attendu, puisque depuis la création du groupe nous n’avions eu droit qu’à un EP en 2016 en guise de mise en bouche et un en 2018. Le groupe à longtemps préparé son album afin qu’il soit à leur image.

Un parfait mélange des rocks

Body Negative est un album très attendu qui, tout en restant dans la veine de ce à quoi ils nous avaient habitué.e.s, sait nous surprendre. C’est aussi là tout l’objectif : déconstruire les attentes du public et bousculer les codes. Pourquoi se contenter d’un seul style quand on peut en mélanger plusieurs ?


JPEG - 31.9 ko

MNNQNS tire ses influences du rock anglais et fait revivre le punk et la new wave purement british. Écoutez, fermez les yeux un instant et vous vous retrouvez dans une petite salle typique de Manchester à boire une pinte de cidre pas franchement fraîche. Mélange entre Wire, Joy Division et The Clash, avec Body Negative ils nous emmènent dans les années 70-80 avec leur punk nerveux et leurs guitares qui crachent.
Ils savent s’offrir des horizons différents avec parfois des accents plus pop sixties, mais un gros riff de guitare sait nous rappeler ce que nous écoutons !

14 secondes d’introduction... Un son qui brouille le cerveau, une basse qui fait vibrer l’écouteur [1], une boucle lancinante qui nous prépare à la suite.
Quoi de mieux pour introduire le second titre de l’album « NotWhatYouThoughtYouKnew » ? Grosse batterie, guitare qui grince. Ils signent là le morceau qui ressemble le plus à du gros post-punk, donc ce à quoi nous étions habitués venant d’eux. Mais quel bonheur !

À l’inverse « Different sides of Truth » roule sur la route d’une pop sixties qui donne envie de se déhancher, mais attention le refrain reste en tête…
Mais MNNQNS est surtout punk et psyché, à l’image de « Urinals » : la voix hurle presque et derrière, les chœurs reprennent en boucle une même phrase. Un arpège, c’est le moment de reprendre ses esprits, puis tout reprend dans une folie furieuse.

Début mai, ils ont dévoilé le clip de ce titre qui est à son image : psychédélique et furieux. Mais notre titre favori est certainement « Desperation Moon », dévoilé en mai également. Le clip est typiquement anglais et à l’image de l’humour britannique, les visages sont neutres mais les situations cocasses. Ils jouent aux dandys, habillés de peignoirs dans un vieil hôtel des années 70. Le refrain est joyeux, entraînant mais la musique a toujours ce fond de violence et ce son brut.

MNNQNS signe une musique à l’élégance anglaise, avec une énergie qui donne envie d’aller les voir en live ! Nous sommes sûr.e.s qu’une fois sur scène, l’album prendra une nouvelle dimension, encore meilleure. Leur réputation scénique n’est plus à faire, et ce sera à vérifier de vos propres yeux.

Fini les cheveux bien coiffés et l’allure de dandy, place au rock et à l’ambiance électrique. Tous les amateurs de rock sauront s’en délecter.

Article initialement publié sur le blog l’Envolée Culturelle

  • MNNQNS + The Psychotic Monks + Korto :
    le samedi 16 novembre 2019 à 21h00 Brise-Glace, Annecy

    MNNQNS
    ( post punk)

    Le rock de MNNQNS, à la fois new-yorkais dans la hargne et anglais dans les refrains pop

    https://youtube.com/channel/UCESDDZAAW31gj9Z3c8sriCw

    The psychotic monks
    ( Psych rock)

    Alchimistes fous, les Psychotic Monks mélangent au sein de leurs morceaux mélodies, murs de sons atonaux et bruits obscurs. Mais ce qui marque réellement les esprits, c’est l’émotion et l’énergie dégagée par chaque personnage, plongés au plus profond d’eux même.

    https://youtube.com/channel/UCwiHe62b-HAos0YetX3Sc7A

    Korto
    (space krautrock)

    Korto est un moteur diesel lancé sans pitié sur l’autoroute d’un kraut rock supersonique, pacsé au space rock et drogué à la synthèse pop.
    / rock psyché / france ////

    https://korto-yo.bandcamp.com

    17€ / 15€ /13€ / 11€
    infos & tickets : https://bit.ly/2GZbe4z

    localiser

    adresse

    54bis rue des Marquisats


    Annecy (F)
    complément

    SMAC de la région Annécienne

MNNQNS - URINALS

Notes

[1ou l’enceinte, rayer la mention inutile

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.