> Mag > Musique > Mörglbl et Gnô à la fête !

Mörglbl et Gnô à la fête !

lundi 10 avril 2017 par Jean-Pierre Biskup CC by-nc

Le groupe de jazz rock metal au nom imprononçable et improbable Mörglbl a fêté ses 20 ans dans sa ville, à Annecy, au Brise Glace, le vendredi 24 mars 2017. L’occasion de se lancer dans une tournée nationale pour fêter son anniversaire, et aussi l’occasion de revoir le groupe metal pop Gnô qui a partagé la soirée avec Mörglbl. Et si c’était reparti pour encore 20 ans ?

Parfois, il y a des soirées où musicalité et intensité atteignent leur paroxysme, ce fut le cas ici. Mörglbl avec Christophe Godin, Ivan Rougny, Aurélien Ouzoulias… Gnô avec Gaby Vegh, Julien Rousset alias Peter Puke, Djul Lacharme… Voilà deux trios de choc où on pense forcément à Christophe Godin étant donné qu’il a été membre de Gnô et qu’il est membre de Mörglbl, dans les deux cas son empreinte musicale est très importante dans ces groupes… Alors c’est parti pour un retour vers cette soirée musicale…

Pour commencer ce sera du Gnô !

La soirée commence avec un groupe qui a marqué la carrière et la discographie de Christophe Godin : Gnô. Parti du groupe depuis déjà un moment, il a été remplacé par un autre guitariste, Djul Lacharme. Le bassiste Gaby Vegh et le batteur Peter Puke (Julien Rousset) sont là depuis le début de Gnô il y a des années et des années.

La part belle sera faite dès le début du concert à l’album Sick Princess, quatrième et dernier album en date du groupe et composé par la nouvelle formation de Gnô après l’accueil du guitariste Djul Lacharme. On retrouvera donc notamment les titres « Love Is Over », « Shine Like Heroes », « Black Widow », « Don’t Waste Your Time », « Lose Control », « Secret »… Les autres titres joués durant la soirée sont issus des autres albums de Gnô : « Father Fire », « Only Human », « Last Scene Of My Screenplay » de l’album Trash Deluxe (premier album de Gnô, et certainement celui que je préfère, mais c’est souvent le cas des premiers albums où on retrouve beaucoup de choses)… « In My Place », « Here I Stand », « Get Out Of My Way », « Cannibal Tango » de l’album Cannibal Tango (deuxième album du groupe marquant son retour après des années de pause)…« Momentum », « The Scavenger » de l’album Crass Palace (troisième album de Gnô et le dernier avec Christophe Godin)…


JPEG - 341.1 ko
Gnô - @Brise-Glace, Annecy, mars 2017
© Pierrick Rinaudo

Que dire ? Cela a été plus qu’une simple première partie, Gnô étant quand même un groupe où Christophe Godin a longtemps joué… On sent qu’à l’image du dernier album, la musique de Gnô a pris une autre direction sans renier ses fondamentaux rock cependant. La musique est plus sombre et plus sérieuse dans le sens où il n’y a plus vraiment de côté délirant musicalement, donc difficile de comparer aujourd’hui Gnô à des groupes comme Primus ou Freak Kitchen comme ça a pu être le cas auparavant.
On est face à un style mélangeant pop, rock, metal avec un côté plus alternatif et moins progressif qu’auparavant, avec toujours le souci de mélanger mélodies et puissance. Cela peut faire penser à des groupes rock plus grand public, ou par moments à des artistes comme Devin Townsend.

La cohésion du trio se renforce, et Djul Lacharme prend une place grandissante dans le trio, ce qui n’est pas forcément évident quand on entre dans un groupe existant depuis des années et qu’on est face à une section rythmique (Gaby Vegh et Peter Puke) qui se connaît par cœur ! Djul réussit à bien faire sonner sa guitare, et tente même de chanter, même si on entend surtout Gaby et Julien au chant.
Côté présence sur scène et interaction entre les membres du groupe, là aussi on voit que ça commence à prendre bonne forme. À noter cependant que parfois les voix et la guitare étaient un peu trop couvertes par la basse et la batterie, notamment sur les morceaux du dernier album qui était bien mis en avant… Il fallait tendre parfois un peu l’oreille pour bien tout entendre, mais ça allait quand même.

Quant aux morceaux issus des autres albums, pas de souci, on avait même droit de temps en temps à différents arrangements intéressants, innovants, parfois déroutants, mais toujours respectant l’esprit des morceaux d’origine. À noter également la fin du set avec le morceau « Last Scene Of My Screenplay », joué en clin d’œil à Christophe Godin, il s’agissait du premier morceau créé et joué par Gnô… Début de soirée réussie, bonne musique bien trippante et bien jouée avec du gros son rock, salle chauffée à bloc pour la suite…

Mörglbl a 20 ans ! Ça se fête !

20 ans, le bel âge… Que de chemin parcouru, et comme cela a été rappelé, personne dans Mörglbl n’aurait cru à une telle longévité pour un groupe jouant une musique considérée comme difficile d’accès et très peu médiatisée… Mais le succès est là, quand la musique est de qualité, il y a un public fidèle prêt à la suivre. 20 ans de Mörglbl pour Christophe et Ivan, 10 ans pour Aurélien… Et ça continue, série en cours…

Forcément, le dernier album en date du groupe qui s’intitule Tea Time For Pünks est mis en avant… On retrouve donc dès le début « Banjovi » et « Chinese Buffet »… Ensuite retour au précédent album Brütal Römance avec « Gnocchis On The Block » et… « Brütal Römance » ! L’album Jazz For The Deaf est représenté par « Untold Stories »… « Les Mécanismes du Temps » et « The Tale Of Thibault » font un retour vers le passé avec le premier album The Mörglbl Trio !!… Retour de nouveau au dernier album avec notamment « Rood », « Tea Time For Pünks », « Untoon That Geetar »...


JPEG - 210.5 ko
Mörglbl - @Brise-Glace, Annecy, mars 2017
© Pierrick Rinaudo

À noter également parmi les désormais classiques d’un concert de Mörglbl : une reprise assez folle et délirante de « Highway To Hell » d’AC DC où on voit se croiser et s’entrecroiser plein de styles musicaux de manière improbable… De la bonne humeur, des blagounettes et des bêtises dites sur scène… Le sketch qui explique quelles sont les différences entre le guitariste de jazz et le guitariste de rock, et comment on peut réussir à se faire passer pour l’un ou l’autre… Et pour finir, tous les musiciens de la soirée avec au complet Mörglbl et Gnô sur scène pour finir avec une jam sur « Smoke On The Water » de Deep Purple où les musiciens ont pu se lâcher musicalement dans une ambiance rock et festive !

Bien sûr, place à l’actualité avec Tea Time For Pünks, sixième album du groupe, et quel album ! Peut-être le meilleur de la discographie de Mörglbl après déjà un cinquième album de haute voltige avec Brütal Römance… Le quatrième album Jazz For The Deaf est représenté avec un morceau… Pas de morceau du troisième album Grötesk, ni du deuxième album Bienvenue à Mörglbl Land… Le premier album The Mörglbl Trio !! est représenté avec « Les Mécanismes du Temps » et « The Tale Of Thibault »… Difficile de jouer des morceaux de tous les albums vu le timing, mais déjà la mission est bien remplie pour une soirée bien riche. Personnellement, je pense que les deux premiers albums (The Mörglbl Trio !!, Bienvenue à Mörglbl Land) et les deux derniers (Brütal Römance, Tea Time For Pünks) sont les plus représentatifs du style de Mörglbl et les meilleurs. Les deux autres albums (Grötesk, Jazz For The Deaf) sont très bons aussi, mais je les trouve moins marquants quand même. Je regrette donc de ne pas avoir entendu de morceaux de Bienvenue à Mörglbl Land, mais il est vrai que dans un temps limité on ne peut pas tout jouer, des choix sont à faire, et puis cet album et certains de ses titres ont déjà été joués très souvent dans le passé il est vrai.

Pour en revenir à la musique, on note bien sûr que sur scène ça prend une autre dimension avec un gros son puissant et de qualité, on entend bien tous les instruments qui s’expriment pleinement, avec Christophe Godin à la guitare, Ivan Rougny à la basse, Aurélien Ouzoulias à la batterie, bref que des pointures au service de la musique. Les musiciens donneront un peu de leurs voix, surtout Christophe Godin, lors des reprises bien originales et personnelles de « Highway To Hell » et de « Smoke On The Water ». La présence et la cohésion du trio est au top, avec une vraie communion avec le public, ça fait le show et ça fait participer le public quand il faut. Bien sûr aussi, on note une musique de qualité mélangeant de nombreux styles pour créer quelque chose d’assez unique en son genre, des compositions intéressantes et accessibles malgré une certaine complexité, des arrangements efficaces et originaux, des improvisations et des solos tantôt épatants tantôt intenses et de toute beauté.

Mörglbl a la majorité car il a plus de 18 ans, Mörglbl peut passer son permis de conduire, aller voter, aller où il veut sans demander la permission de ses parents… Bref, Mörglbl a 20 ans, et ça semble reparti pour encore un moment ! Tant mieux !

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.