> Mag > Musique > Rabih Abou Khalil

La Cage au Folk

Rabih Abou Khalil

lundi 3 janvier 2011 par J-P Gandebeuf Pas de licence spécifique (droits par défaut)

RABIH ABOU KHALIL : Trouble in Jérusalem ( Enja)

Prolifique en diable mais soucieux de faire cohabiter dans sa musique les trois religions monothéistes, Rabih Abou Khalil s’engage ici dans une démarche oecuménique par la grâce d’un film « Nathan le sage » dont il vient d’écrire la bande son. L’action se déroule à Jérusalem. Le socle est symphonique et Rabih le passeur, avec son « oud » effervescent et ses accompagnants de haut vol - (Michel Godard (tuba) Jarrod Cagwin (percussion), Tobias Feldmann et Sophie Notte (violons) Sarina Zickgraf (alto) - auxquels s’est adjoint le B.J.O Orchestra - nous convie (orchestration à l’appui) à fermer le parenthèse des passions, à faire voyager l’émotion avec le bagage de l’espérance plutôt qu’avec celui de la lamentation.
Abou câlin en somme…

Jean-Pierre Gandebeuf

Sur le web

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.