> Mag > Musique > Sting...et Shaggy

Guitare en Scène 2018

Sting...et Shaggy

mardi 31 juillet 2018 par Christelle Marlot CC by-nc

Un étonnant duo vient clôturer les quatre jours du festival Guitare en Scène de Saint Julien en genevois : Sting...et Shaggy. Cette collaboration, qui pourrait paraître impromptue, est le fruit d’une amitié où chacun a pu entrer dans l’univers de l’autre.

D’un côté Sting, l’anglais à la popularité internationale, avec son groupe mythique The Police puis sa carrière solo. De l’autre Shaggy, reggae-man jamaïcain, avec quelques titres à succès (« Boombastic », « Hey sexy lady »...). Un album commun intitulé 44/876 a vu le jour en avril 2018, avec notamment le single « Can’t make me wait ».

De cette osmose, une illustration parfaite nous est offerte à l’entrée en scène des deux artistes. Le public est venu en nombre (soirée sold-out pour ce 22 juillet 2018), et toutes les générations sont représentées.


JPEG - 220.5 ko
Sting, Shaggy - Guitare en Scène@St Julien Gvoix, juillet (...)
© Tanja Matic

Le concert débute avec un morceau de Sting, « Englishman in New-York », teinté d’une chaude ambiance de la Jamaïque. En effet, Shaggy revisite les paroles d’origine et brandit un drapeau aux couleurs de son pays natal. Le ton est donné, le mélange des styles est immédiat.

Une fluide et agréable alliance s’établit immédiatement entre Sting et Shaggy, avec une complicité avérée. Il s’agit donc ce soir d’un show pop-rock-reggae ! Ce délicieux mélange emporte le public dans une douce vague d’émotions positives. Sting est souriant, Shaggy communique avec la foule.

Les interventions spectaculaires des deux choristes, alliant technicités vocales et interprétations riches en émotions. Ils ont littéralement scotché le public qui les a chaleureusement applaudis.

Il faut aussi saluer l’ensemble des artistes qui entouraient Sting et Shaggy ce soir : les musiciens nous ont offert des prestations de très haute qualité. C’est d’ailleurs un retour aux sources pour Sting d’être accompagné d’un batteur rock (plus habitué aux batteurs jazz, notamment Manu Katché), qui dynamise les morceaux de The Police, en leur rendant leur âme originelle.

À noter que dès le premier titre, la balance son était très bien équilibrée et d’une grande qualité, sans toutefois tomber dans l’excès de basses propres au reggae, conservant ainsi une neutralité très pop et adaptée au duo.
Le show a déroulé une alternance de titres de Sting ou de The Police, et de Shaggy. Le public était sans conteste dans l’attente des chansons d’anthologies de la tête d’affiche de ce festival Guitare en scène 2018, Sting (en tous cas présentée ainsi sur tous les supports de communication...) !
Il entonnait chacun de ses morceaux (« Walking on the moon », « So lonely », « Every little thing »...), et était dans la découverte des titres de Shaggy, souvent d’un niveau bien inférieur, il faut l’avouer...
On connaissait déjà les tendances reggae que Sting avait avec The Police ; avec Shaggy, il retrouve ses influences profondes et son plaisir sur scène est perceptible.

Ce fut à nouveau une belle soirée lors de ce festival qui apporte, comme à son habitude, une ambiance bienveillante et populaire, notamment par l’extrême bonne humeur de ses bénévoles, dont le travail est à saluer.

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.