> Mag > Musique > Suzanne Vega / Gerry Leonard

Musiques en Stocks 2015

Suzanne Vega / Gerry Leonard

mercredi 8 juillet 2015 par Marc Minelli CC by-nc

Suzanne Vega ? … No kidding ! …. 30 ans presque, après « Luka", comment allait-elle apparaitre ? … Naturelle ou apprêtée ? ...Seule ou accompagnée ? ….Intéressante ou plutôt dépassée ? ….

Déjà une indication lorsqu’on débarque dans le théatre en plein après midi pour l’interview « Lucien » de Berberian, elle et son compère Gerry sont en tongs, shorts & t shirts et dégagent une simplicité et un Zen à toute épreuve. On pourrait être dans un village « anglais » du sud ouest à l’apéro, et même par cette chaleur ils sont attentifs et clairs, répondent aux questions avec précision et sympathie, c’est cool, on sait où on est, ces gens sont civilisés !

Elle parle de sa carrière, de la période « commerciale » qui vit « Tom’s diner » et quelques autres faire le tour du monde à la vitesse de la lumière, puis du retour à la vraie vie et un boulot, dit-elle , d’artiste sur la route à interpréter ses chansons sans le soutien d’une multinationale. Ce bon sens, ce fair-play est touchant, on sent la New-yorkaise bien dans ses shoes, sa voix est intacte, son visage détendu et plutôt aussi joli qu’à l’époque même si différent, plus apaisé, mais comme quoi….

Au moment d’entrer sur scène, elle est l’une des seules à me remercier pour mon speech de transition destiné à redescendre un peu et pourquoi pas apprendre deux ou trois choses sur l’artiste, il lui a fallu 2 secondes pour comprendre… Bref, c’est parti, « 99.9 degrees ft » tiré de l’un de ses meilleurs albums du même nom, elle en jouera les trois quarts, que dis-je, ils en joueront car c’est fou ce qu’ils dégagent à deux, lui, on n’en a pas encore parlé mais c’est une star de la guitare, technicien de folie, arrangeur de génie, contrastes, calme, violence, poésie, tsunami, tout vient à point et l’on se dit que c’est bien plus fort que pas mal de groupes entiers réunis, mais bon….

<pagraphe|>

Effectivement, l’un et l’autre ne sont pas communs, elle, swingue comme personne, utilisant sa voix dans des registres incroyables de sentiments et feelings adaptés à ses textes, parfois cabaret avec le chapeau haut de forme et parfois tellement poignante sur des chansons comme « Liverpool » ou « Blood sings ». Et lui….. Bah c’est lui ! … Celui qui a transcendé « Loving the Alien » en la jouant en duo avec Bowie sur presque toute la terre avant la catastrophe, tellement bien dans son truc, tellement génial pour qui sait l’entendre, il nous a juste fait sourire, vibrer, taper des mains, rire et pleurer, fichtre ! ….. Un moment de grâce dans une soirée de rêve, c’était juste çà, c’était parfait !

Portfolio

Musiques en Stock 2015 Musiques en Stock 2015 Musiques en stock 2015

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.

Voir le seul commentaire

Les commentaires de cet article