> Mag > Musique > Tom Hickox, bon plan d’Antigel

Antigel 2015

Tom Hickox, bon plan d’Antigel

mardi 3 février 2015 par Olivier Dutertre CC by-nc

Passage réussi à Antigel pour le songwriter anglais à la voix de Baryton qui, dès son début de carrière sonne déjà comme un classique, en dehors des effets de mode.

JPEG - 95.8 ko
Tom Hickox - Église de Plan-les-Ouattes (1 fev 2015)
© Rebecca Bowring

Antigel investit sans cesse de nouveaux lieux du canton de Genève. Après s’est installé dans une distillerie à Plan-les-Ouates en 2014 — lieu profane par excellence, l’édition 2015 revient dans une église de la même commune.

L’intérieur de l’église de Plan est particulièrement sobre. Les musiciens se glissent sur scène depuis la porte de la sacristie et se placent de part et d’autre d’un autel imposant en pierre brute (qu’il était sans aucun doute hors de question de déplacer). Le piano droit de Tom Hickox est à la gauche de l’autel, tandis que les guitares seront jouées depuis le côté droit de l’autel. L’arrière plan est juste rehaussé par des éclairages rouges fixes, donnant un effet de relatif contre-jour.

Le chanteur est classique jusque dans sa mise ; costume cravate, allure un peu guindée. Les quelques premiers morceaux sont des ballades graves exécutes impeccablement en piano voix, le guitariste ajoutant juste ce qu’il faut d’ornementations avec une guitare lap steel, toute en retenue et en justesse.

La voix est grave et juste, évoquant parfois Antony Hegarty ou Guy Garvey tout autant que les tenants d’un rock sombre et classieux. Cette gravité sied à merveilles aux portraits des personnages dont ces chansons font l’objet. Le concert avançant, le chanteur prends la parole en anglais, s’excusant de ne pouvoir le faire en français, et explique que l’un de ces portrait concernait un vieil homme rencontré dans un pub et dont plus personne n’écoutait l’histoire de vie, proprement incroyable.

L’accompagnateur [1] reprend une guitare plus conventionnelle et le set s’aggrémente de reprises, pleinement cohérentes avec le reste : « Series of Misunderstanding » de Eels, « On Battleship Hill » de l’album Let England shake de PJ Harvey, album qu’il a qualifié de chef d’œuvre. Enfin en rappel, Tom vient se poster à l’avant de la scène et entame a capella un titre qu’avait chanté Johnny Cash, « First time ever I saw your face ».

Devant l’insistance du public, Tom Hickox est revenu une dernière fois, pour simplement déclamer un poème qui lui avait inspiré les événements tragiques à Charlie Hebdo.

Une belle découverte, qui m’a laissé un sentiment persistant.

  • Tom Hickox :
    le dimanche 1er février 2015 à 20h30 Eglise, Plan-les-Ouates

    new folk revelation

    Une voix de crooner qui évoque par moments celle de Stuart Staples des Tindersticks ou de Neil Hannon de Divine Comedy et des chansons qui débordent de mélancolie.

    Dans le cadre du Festival Antigel

    20CHF / 16CHF (réduit) / 12CHF (heunes) / 10CHF (-20ans) / 5CHF (pass Festivalier)

    localiser

    adresse

    162 route de Saint-Julien


    Plan-les-Ouates (CH)
    complément

    Lignes : 4/ D Arrêt Vélodrome

Notes

[1dont le nom restera inconnu dans ces lignes, n’ayant pas saisi son nom à l’annonce.

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.