> Mag > Musique > Toujours un peu plus loin, Korto

Toujours un peu plus loin, Korto

dimanche 19 novembre 2017 par Tom Rad-Yaute CC by-nc

Korto continue donc sa folle équipée et passe même à la vitesse supérieure avec ce premier album sorti le 17 novembre. Un disque qui a de l’allure puisque le trio haut-savoyard a le bon goût de coopérer avec un artiste graphique, Chufy, qui réalise la pochette. Ils l’avaient déjà fait d’ailleurs pour l’artwork de leur premier 7", lui aussi très réussi.

Korto a la formule qui fait pschiiit ! et régale ici sur sept titres. Des mélodies aériennes - chant tenant plus au choeur noyé de réverb, mélopées de guitare - mises sous pression par la trépidante cheville ouvrière basse-batterie. À la fois baignant dans une douceur aux accents pop ou surf (« Track 2 » - grande liberté dans le choix des titres, j’adore) et menaçant constamment de céder sous la puissance du flux sonique, couvant toujours et prêt à se déverser sans crier gare (« Denzzzl » et surtout « Fresque »).

JPEG - 106.4 ko
Korto@Bordeaux - Invité par l’association Sonatik
© Red Door

Et va-z-y que je te fais monter la sauce. Sûrement. Et pas si lentement que ça. Que je répète, que j’augmente la pression. Jusqu’à ce que ça mijote. Que ça bouillonne. Et qu’enfin ça éclate en feu d’artifice épique final.

Les cheveux dans le vent. Le soleil sur la peau et un surf à la main ou, qui sait, celle d’une fille - ou d’un garçon. Mais vite. À fond. Il y a chez Korto un naturel et une joie de se laisser aller béatement dans le flux du son qui est totalement communicative et réjouissante. Même si les mélodies insouciantes et légères ne sont pas votre tasse de thé a priori. Le disque a été enregistré au K7, studio associé à la salle du Brin de Zinc, près de Chambéry, et la production percutante et sans fard rend ce premier long format d’autant plus attachant.

Bouillonnant, spontané, limpide. À vrai dire, si on voulait chercher la petite bête, on pourrait prétendre que cet album a les défauts de ses qualités. Ce qui voudrait dire quelque chose. Ou pas. Mais, en toute fin de disque, « Oï » laisse peu à peu la guitare se durcir, s’assombrir, pointant vers des ambiances moins candides. Ça leur va bien aussi. Annonciateur peut-être d’évolutions à venir. Go, Korto, go.

 

Korto "Self-titled" LP (Six tonnes de chair records)

https://korto-yo.bandcamp.com/album/korto-s-t

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.