> Mag > Musique > Un pas vers la grâce

Un pas vers la grâce

mercredi 30 mars 2016 par Marc Chatelain CC by-nc

L’écoute de l’album éponyme d’Aldous Harding est d’une beauté sèche et enjôleuse. Et parfois, on peut s’avouer qu’on aime quand les choses ne changent pas…

En effet, quel sens peut-il y avoir à jouer de la folk en 2016 ? La question peut être posée, même maladroitement…D’autant plus de la folk jouée par une jeune femme de 25 ans venue d’un endroit pourtant peu réputée pour cela (la Nouvelle-Zélande).

La réponse serait à l’avenant de la question : et alors ?

La beauté de la musique folk réside en sa simplicité. Cette chose si difficile à acquérir, ce postulat qui empêche la tricherie, cela même qui paraît si évident mais nécessite tant de travail, comme quand on voit un danseur évoluer avec une grâce et une évidence si forte qu’on ne devine même plus tous les efforts consentis pour parvenir à ce résultat

Et c’est bien là le cas. Quelle simplicité. Mais quelle présence à la fois, quelle force dans chacun de ses morceaux. Des mélodies apparemment simples et un chant à faire pleurer les pierres…

Bref, écouter cet album est faire un pas vers la grâce…

  • Shilpa Ray + Aldous Harding + Joy Angst :
    le vendredi 1er avril 2016 à 21h00 Brise-Glace, Annecy

    Shilpa Ray
    (rock soul 60’s)

    Encore passée à travers les radars des médias hexagonaux, la New-Yorkaise SHILPA RAY commence à peine à sortir la tête de l’eau et il est impensable de ne pas vous faire découvrir sa voix d’or, son talent et sa furieuse présence scénique !

    Aldous Harding
    (Gothic acid folk)

    Elle trouve dans la folk la sincérité de l’existence. Héritière d’une scène rock et d’une philosophie de vie plutôt vagabonde, c’est dans le songwriting country le plus authentique qui soit qu’Aldous se tourne pour trouver sa force d’expression. Épurées, narratives, écorchées ou attendrissantes, ses compositions révèlent ce que l’intimité tente de dissimuler. en savoir

    Facebook Soundcloud

    Joy Angst
    (Rock folk mélancolique)

    A l’origine, une jeune femme de 30 ans, des joies et des angoisses à faire raisonner pour mieux se défouler. Des références rock, folk, une sensibilité aux vibrations électroniques et alternatives… une agréable mélancolie qui se dessine

    site
    Facebook
    Soundcloud

    Dans le cadre du Festival Les femmes s’emmelent

    15€ / 9€

    localiser

    adresse

    54bis rue des Marquisats


    Annecy (F)
    complément

    SMAC de la région Annécienne

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.