> Mag > Musique > Une dose de metal

Une dose de metal

vendredi 22 novembre 2013 par Jean-Pierre Biskup CC by-nc

Rencontre avec Stéphane Buriez, chanteur guitariste et fondateur de Loudblast. Quelques instants avant d’enflammer la Soute avec un concert de fous furieux, le musicien parle de son groupe, de la musique, du metal, et de ses différents projets qui promettent une année infernale à venir…

La soirée de concert de Loudblast à Chambéry a tenu ses promesses avec un public nombreux et une ambiance de folie. Sur scène le groupe s’est lâché et a fait honneur à sa réputation, avec un concert où musique et énergie ont pu fusionner de manière diaboliquement étonnante. L’association Minimal Chords et la Soute peuvent être félicitées pour avoir permis la venue de ces puissants et dignes représentants de la musique metal dans le monde.
Une très belle soirée donc qui a commencé de manière fort sympathique avec une interview d’un Stéphane Buriez au top !

Rictus Info : Pour commencer, est-ce que Loudblast est déjà venu à Chambéry ou en Savoie auparavant ?

Stéphane Buriez : Oui, on est déjà venus en Savoie… A Annecy, c’est la Savoie ?

C’est la Haute-Savoie !

Bon ! C’est la Dame de Haute-Savoie ! On y revient bientôt avec Benighted, fin février 2014, première date de la tournée du nouvel album qui va sortir. Nous sommes déjà venus à Annemasse aussi.

Vous avez gardé de bons souvenirs de la région ?

Oui. Chaque fois c’était bien, les gens étaient accueillants. On a bien mangé ! Et on a aussi des amis dans le coin, donc ça fait toujours plaisir de les revoir.

Le concert de ce soir s’inscrit dans la tournée pour le dernier album ? Vous allez jouer des morceaux issus de toute votre discographie ce soir ?

En fait, les dates qui restent pour cette fin d’année font partie de la tournée du dernier album (sorti en 2011) « Frozen Moments Between Life and Death ». Donc en gros, on va jouer un peu de tous les albums. Mais pas particulièrement du prochain…

Justement, qu’en est-il de ce nouvel album ?

Il sortira fin février ou début mars, on en jouera un morceau ce soir, « The Abstract God », qu’on a déjà pu entendre sur la compil’ de Klonosphère sur laquelle on l’avait mis en version démo.

Et pour ce nouvel album ? Une nouvelle thématique ? Des nouveautés ?

C’est du Loudblast ! L’idée c’est de continuer à évoluer avec le line-up [1] qu’on a maintenant, qui est stable. C’est un vrai album qu’on a composé à quatre, dont je ne vais pas encore donner le titre. Par exemple, Alex qui est le bassiste du groupe, mais aussi un très bon guitariste et compositeur, a composé plusieurs morceaux pour ce nouvel album.
Là, on sort d’une semaine de travail pour terminer l’album. On rentre en studio, on a pris un peu de retard car il y a eu quelques événements qui ont fait qu’on a dû chambouler un petit peu notre emploi du temps. Mais l’album sera prêt en temps et en heure, tous les morceaux sont composés. Et on est très contents de ce qu’on va livrer. C’est un très bon album qu’on est en train de préparer.

Comment s’annonce alors l’année 2014 avec ce nouvel album ? Une nouvelle tournée en prévision ?

Il y a une tournée qui démarre fin février pendant deux semaines avec Benighted. On partira en tour bus, et on jouera tous les jours pendant deux semaines en France. Ensuite l’idée c’est d’aller tourner à l’étranger, on a déjà quelques propositions pour des pays d’Europe de l’Est. De toute façon, ça va s’enclencher quand l’album sortira. On va faire aussi le Hellfest et d’autres festivals. Là on est repartis pour tourner pendant deux ans.

Qu’est-ce que tu écoutes en ce moment ? Est-ce qu’il y a des choses qui t’ont marqué dernièrement ?

En ce moment, j’écoute vachement le dernier album de Carcass, que je trouve vraiment mortel. J’écoute Ghost, je suis vraiment fan de ce groupe. Après, le dernier Deicide n’est pas mal non plus. J’écoute beaucoup de choses, je reçois énormément d’albums aussi, parce qu’avec l’émission télé « Une Dose 2 Metal » (sur l’Enôrme TV) je suis pas mal sollicité. Il faut que je sois aussi à la page, c’est bien parce que parfois on a tendance à s’enfermer dans les trucs qu’on écoute habituellement, et là je suis obligé d’écouter toutes les nouveautés. J’écoute pas mal de bons groupes, et des groupes que je découvre.

Des découvertes qui t’ont vraiment plu ?

Groupe découvert récemment… Motörhead ! (rires) Leur dernier album est dans mon tiercé de tête pour cette année… Ben il y a plein de trucs bien, mais il faut se donner le temps de fouiller un petit peu, donner des noms comme ça à brûle-pourpoint, c’est un peu compliqué. Il y a un groupe qui s’appelle K.A que je trouve vraiment bien, le dernier Otargos qui est mortel aussi, le dernier Svart Crown…

En France, on a vraiment une scène metal qui n’a pas à pâlir devant la scène internationale.

Où en es-tu avec des différentes activités à côté de celle de musicien ? Par exemple, où en es-tu avec ton studio d’enregistrement ? Tu fais toujours de la production ?

Je fais toujours de la production, maintenant je travaille vraiment en freelance. J’ai revendu les parts de mon studio il y a quelques années déjà, parce que je ne peux pas tout faire non plus. Pour essayer de faire les choses bien, il faut se concentrer. Tu essaies de te donner des périodes. En l’occurrence, là ça va être une année à « donf » sur Loudblast, c’est la priorité. Comme d’habitude, Loudblast c’est ma priorité. L’émission (« Une Dose 2 Metal ») fait partie de mes priorités aussi car ça me prend beaucoup de temps et c’est vraiment une belle aventure. C’est la seule émission de metal à la télé.

Comment tu pourrais parler de l’émission Une Dose 2 Metal ? Quel est ton ressenti ? Quel bilan actuellement ?

Au bout d’une saison, c’est l’émission qui a la meilleure audience de la chaîne (l’Enôrme TV). C’est une émission qui est, je pense, fédératrice. Et cette année, on a beaucoup d’artistes internationaux. Mais je veux toujours mettre en avant les groupes français aussi. On fait aussi découvrir des groupes toutes les semaines. Donc j’invite aussi tous les groupes à contacter la chaîne pour se faire identifier et éventuellement programmer. L’émission c’est vraiment une super aventure. Ce n’est pas mon métier d’être présentateur, mais au bout d’une saison c’est une nouvelle facette de ce que


JPEG - 32.3 ko
Loudblast, la soute 2013
© Denis Charmot

Quel est ton avis sur l’ensemble des médias concernant le metal ?

Concernant le metal, il y a des bons médias comme par exemple Metallian, Rock Hard, des sites comme Hard Force ou VS… Les médias papier ça n’existe plus trop, il y en a qui vivotent, il y en a qui fonctionnent encore. Il ne reste vraiment que les trois grands : Hard Rock, Metallian, et Rock Hard.

Qu’est-ce que tu penses de ce que la télévision donne comme image du metal ?

J’ai la chance de pouvoir avoir une émission et de la défendre, et d’avoir une chaîne qui est complètement derrière le truc. Je suis très content d’être dans cette aventure. On est la seule émission de metal en France, point barre ! Et maintenant on a le relais de sites et de gros blogs qui commencent à parler de notre émission. J’ai reçu Volbeat la semaine dernière, Iced Earth, on va avoir Behemoth la semaine prochaine. Tout ça on le tourne en différé, mais bon voilà, on a vraiment des gros trucs maintenant. ça prouve qu’après la première saison, il se passe encore quelque chose, et que ça avance toujours. Et surtout ça marche, sinon je ne pourrais pas t’en parler.

Nous on fait du death thrash metal, donc il nous faut un gros son de base

Vu que tu as une guitare en main, on va parler un peu de matériel. Qu’est-ce que tu utilises en ce moment comme amplis, guitares, effets ?

Comme amplis, on a toujours joué sur Peavey. Modèles Peavey 5150, maintenant 6505. On est endorsé [2] par Peavey au niveau mondial. Nos bons vieux Peavey font notre son. De toute façon on n’a pas trouvé mieux. En guitare, on est tous chez Dean dans Loudblast. Pas besoin d’effets, on joue direct dans la tête d’ampli. Un peu de wah wah et de delay, mais on n’est pas trop rack d’effets machin...
Nous on fait du death thrash metal, donc il nous faut un gros son de base, un truc cohérent dans l’ensemble. Il faut que le son soit gros, puissant mais intelligible.

Quelle est ta définition de la musique et du metal ?
La musique c’est ma vie. De toute façon, je vis pour ça. Je chie, je bouffe, je bois musique… J’ai la chance d’en vivre et que ce soit mon métier. Pour moi c’est indissociable de ce que je suis, et j’aimerais mourir sur scène comme disait Dalida ! (rires) La musique c’est ça, et le metal, c’est la musique que j’aime, celle qui m’a fait en tant que mec, gamin, adolescent.
J’ai tout sacrifié pour mon groupe, pour la musique. C’est ça qui me « drive » tous les jours. Je me lève pour ça, et j’essaie de ne pas trop me coucher aussi pour ça, parce qu’il y a tellement de choses à faire… Je fais ça depuis que j’ai 16 ans, je vais en avoir 46 cette année. Loudblast aura bientôt 30 ans aussi. Loudblast, c’est des potes de lycée. Et on est toujours là, ça fonctionne. Je suis un mec heureux, je ne vais pas me plaindre d’avoir réussi à faire ça, et je le fais avec passion. Et si j’étais millionnaire… je serai là de toute façon ! (rires)

Pour finir, je te laisse carte blanche pour la dernière question, s’il y a un sujet que tu veux évoquer et qui te tient à cœur et dont on n’a pas parlé…

Je n’aime pas trop rentrer dans les trucs politiques et autres… C’est vrai qu’en ce moment c’est un peu dur pour tous les groupes, même les gros groupes ne font pas beaucoup de monde en concert. Il y a une période un peu bizarre. On sent qu’il y a un public. Tout le monde est fédéré autour d’un gros festival comme le Hellfest qui est vraiment un endroit magnifique. Il faut continuer d’aller en concert, même s’il y en a parfois trop et qu’il faut faire des choix, mais le nerf de la guerre maintenant c’est de défendre les groupes en concert car les albums on n’en vend plus suffisamment.
Donc maintenant il faut aller voir les groupes en concert, il faut acheter du merch’ [3]On est devenus des marchands de tissu aussi ! Mais voilà, le truc a évolué, et on est obligés d’évoluer si on veut continuer à vivre, et continuer à produire des disques.

Notes

[1composition du groupe

[2parrainé commercialement

[3produits dérivés

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.