> Mag > Musique > Volin, un rock poétique et volcanique

Volin, un rock poétique et volcanique

samedi 26 octobre 2019 par Sylvie Chareun CC by-nc

Groupe Montpelliérain, parcourant les scènes de France depuis plus de 5 ans. Un mélange de rock, de pop, un zeste d’electro et pas mal de poésie. Colin, Romain, Max et Gilles nous livrent des compositions travaillées, enlevées, atmosphériques, sans céder à la facilité.

Un peu par hasard je me retrouve au Brin de Zinc, scène que j’apprécie particulièrement pour sa programmation diversifiée. Le groupe qui joue ce soir c’est Volin [1], venus de Montpellier, sans accent mais avec toute la panoplie des pros : attitude, technique, générosité sur scène et hors scène, une certaine tranquillité malgré le trac habituel des artistes....Ce groupe s’est produit sur de belles scènes de concert, et une en particulier leur a confirmé la sensation d’être à leur place, en première partie du groupe Feu ! Chatterton.
Je ne connais pas, j’ai à peine eu le temps d’écouter quelques extraits que me voilà débarquée en pleine session de balances....

Balances qui vont vite d’ailleurs, ils savent ce qu’ils veulent, ça roule. Beaucoup d’instruments sur scène, un lot de pédales impressionnant...Quelques mots reviennent, "volcan, trop tôt, trop tard....miel, huiles essentielles..."

Impressions de concert
Le Brin de Zinc inaugure sa nouvelle façade son, et je peux dire que c’est top !

JPEG - 665.8 ko
Volin - Brin de zinc@Barberaz, octobre 2019
© Sylvie Chareun

Pour ceux qui aiment le son de Bashung, le phrasé de Souchon, les claviers planants, l’ambiance de Radiohead, les paroles poétiques, les riffs de guitares et une rythmique sans concession, Volin c’est tout ça et beaucoup plus encore.

Leur musique est profonde, lancinante parfois, envoutante grâce aux sons électroniques des claviers et de la guitare (de temps en temps), qui viennent donner de l’espace au son plus rock du reste. Une sorte de dentelle musicale, tantôt délicate, tantôt puissante qui soutient la broderie des textes.

La voix du chanteur est claire, agréable, prenante, le jeu du batteur me fait penser à celui de Mick Pointer [2], sur certains morceaux on entend comme une mélodie jouée sur sa batterie, le guitariste et le claviériste entremêlent leurs sons pour apporter les nuances de couleurs, d’intensité et de dimension acoustique.

Ce n’est pas parce que c’est un peu de rock, de pop, de chanson française, d’électro que c’est n’importe quoi. Un des talents de ce groupe est sans doute de parvenir à mélanger toutes ces influences pour en faire une force. Une recette étonnante qui fonctionne, c’est cohérent et fluide, on ne sent pas de manque, pas d’absence, au contraire, ces quatre garçons ont beaucoup de présence sur scène. Et ce n’est pas pour autant de la musique expérimentale, même si on devine au fur et à mesure du set l’exploration, les tentatives, les audaces des compositions. On ressent ce besoin de modernité, une culture musicale plutôt solide et assez éclectique, et peut-être... sans doute.... la recherche d’un absolu...

Je n’ai pas vu le temps passer, et je n’ai pas apprécié que le concert se termine, j’étais en voyage, je savourais des goûts différents, je découvrais à chaque morceau une facette du groupe...
Le set a été généreux, avec de nombreuses chansons du prochain album que j’ai perçues plus abouties, plus fortes encore. Le public attentif a été conquis.

Un groupe à découvrir, à écouter, à savourer... J’aspire à les revoir sur d’autres scènes, avis aux programmateurs, ça vaut le coup !
Coté actualité, un album sort en février 2020, et des clips en décembre, je vous les recommande !

Notes

[1Colin Vincent, guitariste et chanteur, Romain Delorme à la basse et aux synthé, Maxime Rouayroux à la batterie, Gilles Yvanez guitariste

[2un des batteurs du groupe Marillion

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.