> Mag > Musique > Accordéon, accords divins

Accordéon, accords divins

lundi 2 juin 2014 par Jean-Pierre Biskup CC by-nc

Coup de projecteur sur Vincent Peirani, un accordéoniste qui peut mettre tout le monde (ou presque) d’accord. Ce musicien donne une nouvelle image de l’accordéon en montrant toutes les possibilités sonores et musicales de cet instrument qui peut embrasser tous les styles et notamment le jazz.

Parfois, on découvre des artistes par des chemins détournés, par des moyens ou des lieux qu’on n’attendait pas. La découverte de Vincent Peirani a été une surprise, car je ne cherchais pas spécialement à écouter de l’accordéon, même si j’apprécie la musique d’accordéonistes comme Richard Galliano ou Marc Berthoumieux qui ont beaucoup apporté au jazz. C’est il y a quelques années grâce au premier album solo du bassiste Hadrien Féraud que j’ai pu écouter Vincent pour la première fois il me semble, il était un des invités du disque où figuraient de prestigieux noms de pointures du jazz comme John McLaughlin ou Biréli Lagrène entre autres. Un disque donc très jazz rock avec un bassiste virtuose (Hadrien Féraud) qui envoie des notes à la vitesse de la lumière… Et dans ce disque, je tombe sur des moments inattendus où apparaît un accordéon… Et quel accordéon, pas n’importe quoi non plus, pas de clichés, ça sortait de l’ordinaire. Et je peux mettre un nom dessus : Vincent Peirani. Je retiens le nom, découvre et redécouvre plus tard cet artiste…

Vincent Peirani fait partie de la jeune génération de musiciens tendant à faire évoluer le jazz et la musique. Il dépoussière et déringardise l’image de l’accordéon qui est trop souvent assimilé à la seule musique musette. Tout jeune il voulait être batteur, finalement son père lui collera un accordéon entre les bras. Et peu à peu il adopte cet instrument qu’il va adorer et maîtriser. D’abord imprégné de musique classique, il s’ouvre à tous les styles musicaux, et tombe amoureux du jazz.

Arrivé à Paris, Vincent multiplie les rencontres et les collaborations. Il intrigue avec son look de rockeur portant un accordéon et aimant le jazz. Mais à peine joue-t-il quelques notes, que son talent éclate et qu’il réussit à convaincre. Depuis, il joue ou a notamment joué avec Michel Portal, Daniel Humair, Youn Sun Nah, Emile Parisien et de nombreux autres musiciens dont certains bien connus… Musique classique, jazz, rock, folk, chanson française, musiques du monde, rien n’échappe à Vincent Peirani qui se nourrit de toutes les musiques pour jouer, créer et interpréter sa musique et celle des autres aussi. Les talents de composition et d’arrangement lui appartiennent, il n’est pas seulement un grand interprète. Et bien sûr, il y a aussi le recours à l’improvisation qui est au cœur du jazz.

Sa carrière en tant que sideman est reconnue, et sa carrière solo se développe rapidement avec notamment l’album « Thrill Box ». Cette année le disque « Belle Epoque » est sorti, c’est un duo entre Vincent Peirani (accordéon) et Emile Parisien (saxophone). Et l’aventure continue pour ce musicien passionné qui cherche toujours à pousser les limites de son instrument et à montrer toute la palette de sons pouvant sortir de son accordéon, des sons d’une richesse incroyable, tantôt subtils et feutrés tout en miroitant de mille couleurs émotionnelles, tantôt vifs et énergiques tout en étant empreints d’animalité.

Vincent Peirani fait partie de ces artistes à découvrir de toute urgence car il est créatif, ouvert d’esprit, talentueux, virtuose, et ose la rencontre et la fusion de différentes musiques tout en exploitant et poussant à fond les possibilités de son instrument de prédilection, l’accordéon. Le genre de gars capable de jouer de manière aussi profonde et passionnée à l’accordéon un morceau de classique repris par Jeff Buckley ou encore un morceau jazz manouche de Biréli Lagrène tout en utilisant sa voix pour apporter quelques notes vocales à la musique instrumentale qu’il interprète.

En quelques mots : de la musique, tout simplement.

Pour suivre l’actualité de Vincent Peirani c’est par ici : site

Vincent Peirani & Emile Parisien "Song of Medina (Casbah)" @ Olympia (Paris)
Sidney Bechet’s "Song of Medina (Casbah)" at the Olympia in Paris on December 16, 2013 during the "You and the Night and the Music" radio show. Broadcasted live on TSF Jazz radio.
OliveJazz31

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.