> Mag > Musique > Bona c’est bon ça !

Bona c’est bon ça !

mardi 20 octobre 2015 par Jean-Pierre Biskup CC by-nc

Le fameux musicien Richard Bona est passé ce jeudi 15 octobre à l’Auditorium Seynod (concert complet !) dans le cadre du festival Jazz Contreband. Pour les absents, il y a possibilité d’écouter une rediffusion du concert sur France Musique. Au programme, de la belle musique avec un Richard Bona qui n’en fait qu’à sa tête pour le bon plaisir du public !

Nous n’allons pas faire une présentation de Richard Bona, ça risque d’être un peu long vu son parcours hors du commun… Du Cameroun aux USA en passant par la France, la carrière musicale de Richard Bona est riche et exceptionnelle de collaborations et de rencontres. Bassiste, chanteur, multi-instrumentiste, compositeur… Richard Bona a joué et joue partout dans le monde qui semble être son village.

Alfio Origlio, étonnant

Trio original : Alfio Origlio au piano, mais aussi aux claviers, synthés… Stéphane Edouard, un batteur percussionniste jouant aux mains sans baguettes… Un beatboxer, Maël Gayaud, à la large palette sonore… C’est original, frais, rafraîchissant…
Des compositions intéressantes, et de très beaux moments d’improvisation. La soirée commence bien avec un projet de qualité. J’ai peut-être préféré les moments d’improvisation dans cette première partie. Chapeau en tout cas à cette formule originale.

Richard Bona, inattendu et réussi

Concert inattendu car un trio était prévu, mais finalement il y a eu plusieurs formules avec différents musiciens ! Il ne s’agit pas d’un groupe constitué en lui-même. Ce sont des musiciens réunis pour l’occasion par Richard Bona, de très bons musiciens que le bassiste connaît. Ça va donner de l’imprévu !


JPEG - 56.2 ko
Richard Bona - Auditorium de Seynod, Jazz Contreband 2015
© Patrick Grin

Richard Bona commence le concert en solo, voix et basse… Ambiance intimiste, voix qui s’envole, jeu de basse magique, voix et basse en osmose… Le temps de deux morceaux…
C’est au tour d’un premier trio entre le chanteur bassiste avec le batteur français Francis Arnaud et le guitariste italien Ciro Manna pour une reprise… Sortie du guitariste, et arrivée du pianiste américain Isamu McGregor pour jouer une composition personnelle d’un « certain Richard Bona » comme le dit si bien le bassiste chanteur…

Encore une nouvelle formule avec l’arrivée du trompettiste américain Tatum Greenblatt, Richard juste à la basse pour une célèbre ballade jazz en reprise… Ensuite formule avec tous les musiciens invités, à cinq, et c’est parti pour des compositions du maître bassiste… Le concert prend des allures de best of avec de très beaux morceaux issus de la discographie de Richard Bona et quelques célèbres standards repris de belle manière…

La musique de Richard Bona est un mélange de jazz, musiques africaines, et musiques de différents autres pays comme Cuba et l’Inde par exemple… Avec parfois un côté pop, funk, rock… Le groove et le rythme bien mis en relief pour faire bouger les corps et les cœurs… Au chant, c’est le langage de la musique qu’on entend, et différentes langues… Une musique qui donne de la chaleur et de la joie.

Le concert touche à sa fin après quelques autres morceaux… Mais les rappels vont arriver pour clôturer en beauté la soirée. Avec notamment un bel hommage à l’idole de la basse Jaco Pastorius.

Une très belle soirée musicale avec un Richard Bona qui aime bien faire le show tout en bonne humeur et humour. Une belle et intéressante première partie, une tête d’affiche au sommet de son art jouant avec différents musiciens invités.
La musique était belle, accessible, parfois virtuose mais sans tomber dans la démonstration. Quand on connaît un peu la musique de Richard Bona, on n’est pas étonné de ce qu’il peut faire, c’est-à-dire beaucoup de choses, il semble capable de pouvoir jouer de tous les styles et de les incorporer à sa propre musique. Une musique très belle et très brillamment jouée.

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.