> Mag > Cinéma > L’héritage starewitch

Festival du Film d’animation d’Annecy 2014

L’héritage starewitch

mardi 10 juin 2014 par Olivier Dutertre CC by-nc

Le festival d’Annecy offre la possibilité de voir quatre courts métrages notoires de l’animateur Russe Ladislas Starevitch, dans une copie nouvellement restaurée.

Cinéaste russe expatrié en France dans les années 20, Starewitch va réaliser ses propres films d’animation, pendant 40 ans. À cette époque, il produit lui même ses films et trouve moyen d’en vivre correctement en les vendant aux salles de spectacle, pour un public friand de ces spectacles nouveaux.

Ses œuvres sont peuplées de marionnettes aux formes d’insectes (l’entomologie était une passion de jeunesse) et au comportement humanisé, sortes de fables. On comprends qu’il soit parti de la fable de la cigale et de la fourmi pour l’une de oeuvres présentée dans ce programme spécial.

Après le décès de l’animateur, ses œuvres sont restées quasi invisibles pendant de longue années [1]. La fille du réalisateur a conservé soigneusement tout ce matériel (accessoire, traces écrites...).

JPEG - 13.2 ko

C’est par la rencontre avec des mécènes [2] en 88 que la situation s’est débloquée et qu’un vaste chantier de recensement, recoupement d’information et restauration a été entamé, aujourd’hui prolongée par les descendants Léona Béatrice (petite fille de l’héroine de nombre de ces films), et son mari.

S’il n’est pas aussi fondateur qu’un Émile Cohl, il s’inscrit dans ll continuation des précuseurs et à proposé des œuvres vivantes richement animées. La petite note raciste de certains cartons, qui peut déranger aujourd’hui est à remettre bien-sûr dans le contexte de l’époque.

Notes

[1à l’exception du Festival d’Annecy en 71 et 73.

[2Louisette Neil et de Simon Simsi

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.