> Mag > Musique > Né dans les années 80

Né dans les années 80

jeudi 28 janvier 2016 par Jean-Pierre Biskup CC by-nc

Hadrien Féraud, bassiste français reconnu vivant désormais aux USA, propose son deuxième album en solo intitulé Born In The 80’s qui va en étonner plus d’un. Contrairement à ce que pourrait croire un bon nombre de gens, le bassiste virtuose ne se lance pas dans un album instrumental avec des solos partout : cet album regorge de musicalité, une vraie pépite musicale avec des morceaux chantés et instrumentaux, un bijou de composition musicale. Grande classe.

Si je devais citer quelques noms au niveau mondial concernant les musiciens que je considère comme étant les plus extraordinaires, Hadrien Féraud en ferait certainement partie. Pour présenter très rapidement son parcours, il a notamment joué, tourné et enregistré avec John McLaughlin, Chick Corea, Biréli Lagrène, et beaucoup d’autres artistes. De Paris où il a longtemps vécu à Los Angeles où il vit actuellement, Hadrien Féraud a fait écouter sa basse partout dans le monde.

Considéré comme prodige, virtuose, génie, on parle de lui comme du futur de la basse, un Jaco Pastorius des temps modernes. Tout cela peut sembler positif, mais cela contribue parfois à enfermer le musicien dans l’image du bassiste soliste qui joue vite et fait des solos sans arrêt plus dans le but d’épater la galerie que dans le but de faire de la musique…

Cependant, quand on l’écoute bien, on sent un réel talent de musicien, compositeur, créateur… Déjà dès son premier album éponyme, instrumental, on sentait un certain talent de composition et d’arrangement à travers certains titres… Après des années d’expérience musicale, il sort un album à la fois chanté et instrumental, avec une foule talentueuse de musiciens venant apporter leurs contributions.

Cet album confirme le talent de compositeur et d’arrangeur entrevu lors de l’écoute de son premier album et d’autres œuvres… Ici, aucun point faible, toutes les compositions sont de qualité, à la fois accessibles et sophistiquées, riches et belles de musicalité. Bref, la classe.


JPEG - 46.8 ko

Revue en détail de Born In The 80’s

« Birth » est une introduction tout en musique instrumentale, voix diverses et ambiances pour nous préparer à rentrer dans l’album… C’est le début, la naissance quoi…

« Born In The 80’s » fait entrer dans l’album qui porte le même nom, hommage aux courants musicaux ayant traversé la culture musicale nord-américaine qui imprègne également la culture musicale mondiale. Bref, pop, soul, jazz, ça groove, comme du Michael Jackson mais en plus intéressant musicalement (voilà le type de phrase qui peut vous créer à la fois des amis mais aussi des ennemis !). Un des morceaux les plus accrocheurs de l’album.

« Underneath The Golden Moon » est quelque part entre jazz et pop avec des accents de black music. Ballade chantée et rythmée entre pop, soul et jazz.

« Gotta Go » commence avec une très belle introduction au piano, puis une guitare planante et une subtile batterie. Arrive ensuite la basse tout en rondeur et chaleur, et puis le morceau prend son envol progressivement. Très beau moment instrumental.

« (What’s Crackin’ In) India Town », un morceau de cracks (phénomènes) de la musique en quelque sorte, basée sur la composition « India Town » de Chick Corea, avec ici Marcus Miller au chant, une belle équipe de musiciens, et Hadrien Féraud à la basse et à la baguette (magique ?) de direction… Le morceau original est très bon, là cette version le rend carrément sublime… Et Hadrien Féraud qui fait chanter Marcus Miller (attention aux sens possibles !)… On aura tout vu ou entendu, ou presque ! Pour le meilleur de la musique…

« Satisfaying » est comme son titre indique, satisfaisant. Plus sérieusement, morceau fusionnant pour la voix soul, pop, r’n’b, rap, hip hop, le tout avec une musique instrumentale de qualité aux couleurs jazz et fusion.

« Open Up » sonne comme un mélange entre différents courants musicaux allant du jazz à la fusion tout en passant par la soul et le r’n’b. Accessible par la voix et son côté mélodique, intéressant par son orchestration et ses influences jazz fusion.

« Music, Thank You » est une ballade essentiellement instrumentale typée jazz et fusion avec quelques accents soul par l’apport de la voix, le tout très orchestré avec une belle place pour les instruments à vent qui sont mis en avant et embellissent le morceau. Hommage à Joe Zawinul.

« Ingrid P » est un morceau essentiellement instrumental. On est face à une composition riche avec des arrangements de différents instruments, que ce soit des cordes, violons, percussions diverses, guitare cordes nylon, batterie et basse… Les références à Jaco Pastorius en tant que compositeur peuvent s’entendre. Le morceau est d’ailleurs dédié à Ingrid Pastorius, compagne de Jaco.

« Circles » ou quand Hadrien Féraud se la joue Céline Dion, Mariah Carey, ou Whitney Houston… Blague à part, superbe ballade, belle voix, c’est très beau sans tomber dans la soupe commerciale…

« Punk Jazz », forcément on pense à Jaco Pastorius… Superbe hommage. Une belle reprise qui allie le côté accessible et mélodique de la pop music, de la soul et du r’n’b avec le jazz et la fusion qui implique l’apport de divers styles musicaux. Grand morceau de musique.

Plus qu’un grand bassiste, un grand compositeur

Hadrien Féraud ferait-il donc son Word Of Mouth en tant qu’héritier musical de Jaco Pastorius ? Il y a un peu de ça dans le sens où on voit toute l’étendue du talent d’Hadrien qui n’est pas seulement un bassiste hors du commun, mais aussi un compositeur hors pair capable de créer et arranger de beaux morceaux chantés ou instrumentaux à la fois accessibles et intéressants musicalement. Hadrien abat les murs (vous voyez la référence ? Le Mur d’Hadrien, vous connaissez ?) et les cloisons physiques et mentales entre les styles musicaux tout en balançant les étiquettes que certaines ou certains (des machines à étiqueter ?) veulent lui coller dessus (je ne sais pas comment j’en suis arrivé à écrire cette phrase mais promis, je ne me drogue pas). On sent aussi une approche moderne de fusion jazz avec différents styles musicaux actuels à l’image de ce qu’on peut entendre chez des artistes comme Kendrick Lamar et les musiciens avec qui il collabore.

Born In The 80’s est un album hommage aux plus belles facettes de musiques qui ont bercé le continent nord-américain et en particulier les USA, et qui ont été diffusées partout dans le monde, de la pop au jazz en passant par le jazz rock, la fusion, la soul, le r’n’b, le hip hop… Le meilleur de différents mondes musicaux a été pris pour proposer un album de pure musique. Un exemple de musique à la fois belle et virtuose, accessible et intéressante. Grande classe. Sublime musique. Hadrien Féraud s’affirme comme un compositeur de talent, plus qu’un bassiste virtuose, un vrai musicien.

Le site d’Hadrien Féraud : http://www.hadrienferaud.info/

Portfolio

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.

Voir les 2 commentaires

Les commentaires de cet article

  • Le 28 janvier 2016 à 18:32, par gerard Feraud En réponse à : Né dans les années 80

    Merci Monsieur JP Biskup , très belle chronique , bien écrite .

  • Le 30 janvier 2016 à 19:08, par Jean-Pierre Biskup En réponse à : Né dans les années 80

    Merci pour tes sympathiques mots Gérard... Il faut avouer que bien écrire sur de la musique, ça fonctionne surtout quand il s’agit de bonne musique !