> Mag > Musique > Taming the Animal

Taming the Animal

mardi 9 mai 2017 par Jean-Pierre Biskup CC by-nc

Le guitariste savoyard Yoann Kempst sort un album intitulé Taming the Animal. Attention, très bel album où jazz et rock font bon ménage avec electro et musiques du monde ! Ce n’est pas seulement un album de guitare, c’est avant tout un album de musique. Laissez-vous voyager en écoutant cet album !

Parcours de Yoann Kempst

Né à Chambéry mais ayant ensuite vécu à Aix-les-Bains, Yoann Kempst a fait son apprentissage de la musique et a commencé sa carrière en tant que musicien et professeur de musique dans la région. Il monte ensuite à Paris où il est désormais installé depuis des années, ce qui lui a permis de jouer avec beaucoup d’artistes et groupes dans des genres variés comme par exemple Marc Berthoumieux, David Krakauer, Alpha Blondy, Julian Perretta, Ocean Drive, the Supermen Lovers, Mélissa Nkonda, Vigon Bamy Jay, Brad Scott, Ndidi O’…

Auteur déjà d’un premier bel album intitulé Palimpseste il y a plusieurs années, Yoann revient avec un nouvel album solo qui s’appelle Taming the Animal… Et on peut dire que les promesses musicales suscitées par son premier album sont plus que confirmées avec ce deuxième album très réussi. Les influences musicales se situent entre jazz et fusion jazz rock principalement, on sent l’influence de guitaristes comme Pat Metheny, Mike Stern, Wayne Krantz… Mais on retrouve aussi du rock, de l’electro, des musiques du monde…

Un album riche et complexe quand on l’analyse, mais efficace et facile d’accès à l’écoute, et pouvant plaire à différents publics de différents styles musicaux. De plus, l’album a une durée raisonnable, ce qui rend son écoute encore plus simple. A noter aussi l’utilisation d’effets de manière intelligente et une palette sonore riche. En plus de la guitare, Yoann s’occupe de certaines parties concernant les effets, les synthés, les percussions. Le guitariste s’entoure aussi d’une équipe de choc avec les bassistes Guillaume Marin et Xavier Zolli, et le batteur Francis Arnaud. Un trio guitare/basse/batterie redoutable de musicalité au final donc ! On remarque également la présence de divers claviers avec Joran Cariou et Minh Pham, d’effets avec Benjamin Le Jean, de percussions avec Conti Bilong, de voix avec Amélie Payen.

JPEG - 33.4 ko

© Diana Lui

Taming the Animal en détail

« Introït » commence tout en son clair et cristallin dans une musique aux allures jazz, mais pas seulement, car on peut ressentir aussi un peu des influences de musique classique entre autres.

« Extra céleste » arrive et ça envoie avec gros riffs rock, sons variés, et tourne entre jazz funk et rock. C’est moderne et ça groove. Extra !

« Ibrahim » est un des morceaux les plus réussis et marquants de l’album avec un côté planant dû au jeu en slide, et un voyage entre jazz et rock dans une fusion musicale proche de celle de Jeff Beck.

« What you need » est énergique et efficace aux accents rock, « Shrines » est une ballade belle et planante riche en sons faisant voyager.

« Zatoichi » commence avec percussions et guitare, pour ensuite s’envoler vers quelque chose de plus rock et intense et revenir au calme par moments. Un côté cinématographique dans la musique.

« Cantus firmus » et « D’humeur virginale » sont bien représentatifs de l’album en mêlant différents styles et différentes sonorités tout en alternant périodes de calme et de contemplation et périodes de fougue et de tempête, à l’image d’un voyage musical à travers l’espace et le temps.

« Smoke rings » commence calmement avant de s’envoler. Vient ensuite dans des sphères plus rock « Pyongyang » avec un petit côté à la fois jazz rock et hendrixien.

Bilan d’écoute

Taming the Animal a des allures de premier véritable et grand album car avec de la musique plus aboutie et des morceaux plus marquants encore que ce qu’on avait entendu auparavant dans la musique composée par Yoann Kempst. Des compositions de qualité, une richesse et une diversité dans les influences musicales et les sonorités, Taming the Animal est une réussite qui peut ravir les fans de belle et bonne musique, et pas seulement les fans de guitare instrumentale. Un album à l’animalité électrique à la fois primitive et sophistiquée !

Pour suivre son actualité :

Site : http://www.yoannkempst.com/

Page Facebook : https://www.facebook.com/yoannkempstguitar/

Extra céleste
composition by Yoann Kempst, Taming the Animal 2017

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.