> Mag > Musique > Mycélium, racine aux Carrés

Mycélium, racine aux Carrés

lundi 12 septembre 2022 par Alain Morhange rédacteur , Éliz Schneider photographe CC by-nc-sa

Compte-rendu

Thierry Girault appartient à la famille des « Musiciens voyageurs ». Il nous avait ainsi entrainé au grand nord suite à une résidence en Norvège avec son groupe LIV lors d’un magnifique concert donné à l’Espace Rencontre, auquel s’etait associée l’ensemble du CRR. C’est à un autre voyage, une autre découverte, que nous sommes conviés ce soir avec Mycélium, titre de ce nouvel album présenté aux Carrés à Annecy le vieux.

Grand amoureux de la forêt et des sous-bois, Thierry nous invite à travers ses compositions à la découverte de ce Mycélium, grand réseau social du peuple sylvestre communiquant.

Il retrouve dans ce projet Laurent Desbiolle aux saxophones et Thibaut Pontet à la batterie, compagnons de longue date, auxquels s’adjoint le jeune et subtil Simon Desbiolle à la contrebasse, fils de Laurent du même nom.

JPEG - 392.6 ko

C’est par « I like Mycelium », très beau thème de Thierry et titre éponyme de l’album que le quartet débute sa prestation et dès les premières notes l’ambiance est posée : son ample et précis de Simon Desbiolles, jeu passionnant de Thibaud Pontet,
assurément un immense batteur techniquement impressionnant mais aussi capable de toutes les nuances, de tous les silences.

« Free Dom » s’articule autour d’un ostinato hypnotique, perturbé par de soudains échange entre le saxophone fougueux de Laurent Desbiolle et ses camarades.

« Chat » évoque à merveille ce passionnant félin compagnon , et Simon Desbiolles nous gratifie d’un magnifique chorus de contrebasse qui parfait encore cette douillette ambiance.

Après un très beau solo de piano ,Thierry nous propose « Tonas Weg », bossa nova au joli thème, plein d’espoir, subtilement conclue par la batterie de Thibaud.

Nous partons ensuite avec « Trans siberian view » à la conquête des steppes sibériennes dans une danse endiablée menée de souffle de maître par le saxophone sopranino de Laurent Desbiolle — ovation du public.

JPEG - 434.3 ko

Un délicat solo de thierry Girault au piano nous ramène au calme avant d’ embrayer sur une transe africaine, public debout, derniers chorus de contrebasse, échanges musclés basse-batterie, salle en délire !!!

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.