Magazine culturel contributif en bassin franco-valdo-genevois

Compte-rendu

  • Hommage à l’animation portugaise

    Cinéma

    Le pays mis en lumière par l’édition 2024 du Festival d’Annecy était le Portugal. Le programme numéro 1 concernant ce pays, présenté par Marco de Blois, était l’occasion de voir sur Scène Abi Feijó et Regina Pessoa — couple à la ville — et figure éminente de l’animation portugaise.

  • Oh la la Frida !

    Cinéma

    « Bonsoiiiiiir ! », l’ambiance feutrée de la petite salle de Bonlieu nous donne l’impression d’être à une heure avancée de la journée, mais c’est bien à midi pile que nous nous sommes donné rendez-vous pour cette séance événement. Même si, dehors, le soleil joue à cache-cache avec les festivaliers, c’est avec des couleurs vives et joyeuses que nous découvrons les premières images de « Hola Frida », il s’agit de Frida Kahlo bien sûr, un long métrage d’animation réalisé par André Kadi et Karine Vézina.

  • La plus précieuse des marchandises

    Cinéma

    Tout le monde connaît le Petit Poucet : des parents abandonnent leurs enfants faute de pouvoir les nourrir. Dans La Plus Précieuse des marchandises, le narrateur, le regretté Jean-Louis Trintignant, nous avertit : la vie, ce n’est pas comme dans les contes.

  • Dans l’oeil d’Anatholie, mohs.

    Musique

    par Anatholie

    Ils tirent leur nom de l’échelle de dureté des pierres précieuses et leurs deux premiers albums sont truffés de pépites musicales : mohs. fait partie de la bouillonnante scène jazz franco-suisse issue de l’HEMU de Lausanne et chacun de leurs concerts, comme le dernier en date au Groove de Genève le 28 mars dernier, est une plongée dans un groove singulier, onirique et puissant, entre jazz et électro, où la guitare d’Erwann Valazza dialogue avec la trompette de Zacharie Ksyk sur la rythmique ciselée de Gaspard Colin (basse) et Nathan Vandenbulcke (batterie), dont on ressort avec une seule question en tête : c’est quand, le prochain ?

    Par chance, il suffira de se rendre à Hermance (GE) le 10 août prochain pour y entendre mohs. dans le cadre du festival Jazz sur la Plage.

  • Elysian Fields, tous nos cœurs sont des tombeaux ouverts

    Musique

    Laissez-nous vous emmener de nouveau au Brin de Zinc à Barberaz, lieu qui va devenir aussi mythique que le CBGB de New-York car Mesdames, Messieurs « Les gourmands sont des dévoreurs voraces, et dans notre cas, de musique » [1]. Rictus a donc pris un abonnement dans ce local d’une ancienne zone industrielle des alentours de Chambéry, réinvestie par toute sortes d’activités. Une ambiance unique dans la région où les musiciens doivent passer par la salle pour rejoindre la scène, brisant ainsi la frontière entre les artistes et les spectateurs, il n’y a pas de service d’ordre et les prix sont très modérés. Ce soir, nous sommes là pour un concert qui promet d’être envoûtant avec les Elysian Fields, ce groupe new-yorkais qui nous captive depuis trente ans.

  • Dans l’oeil d’Anatholie, André Manoukian et Dafne Kritharas

    Musique

    par Anatholie

    André Manoukian et son quartet accueillaient jeudi dernier la merveilleuse chanteuse Dafne Kritharas pour un concert tout en délicatesse et émotion autour de la musique du dernier album du pianiste, consacré à sa grand-mère Anouch, au Théâtre Forum de Meyrin, dans l’agglomération genevoise.

    À retrouver dans les alpages de la vallée de Chamonix le 25 juillet dans le cadre du CosmoJazz Festival.

  • Pages-1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12-13-14-...-67-