• L’Effondras, post-blues en majesté

    Musique

    Anabasis, le 3e album de L’Effondras, poursuit la quête d’une musique épurée et majestueuse, entre post-rock tumultueux, accents blues et fracas de guitares noise.

  • Théo Charaf, folk-blues à cœur ouvert

    Musique

    À l’origine de ce premier album solo, une révélation : le bruitiste Théo Charaf, officiant dans plusieurs groupes à tendance punk de la région lyonnaise, ne veut plus laisser le temps passer sans qu’il puisse dévoiler son autre moitié, personnelle, minimaliste, en clair-obscur. On parle ici de chansons folk-blues hantées, au minimaliste évident et bienfaisant, livrées d’une voix grave, sombre et enveloppante.

  • Johanna Perret, zone d’ombre magnétique

    Arts

    Elle peignait des montagnes ou les formes et les êtres qui y apparaissent. Une nouvelle série de tableaux, intitulée Zone d’ombre et exposée à la Maison forte de Hautetour à Saint-Gervais jusqu’au 25 juillet, prend pour sujet la forêt et poursuit un travail vertigineux sur la représentation.

  • Ha, un shot de Shériff

    Musique

    C’est dans la cadre de la programmation Ha la belle saison, chapeautée par le Théâtre de la Colline et le Brise-Glace, que le public a pu retrouver le plaisir des concerts en plein air, aux haras d’Annecy pour trois soir consécutifs . Moment de plaisir partagé avec les artistes, qui —plus encore que le public— doivent retrouver leurs marques, après une période sans rencontre avec le public.

  • L’apocalypse noise-rock selon Black ink stain

    Musique

    À ma gauche, David Weber, artisan du son des Condense, Treponem pal, Kill the thrill, Young gods, Knut et une tripotée d’autres groupes depuis les années 90. À ma droite, Black Ink Stain, jeune trio originaire de Clermont-Ferrand, déjà auteurs d’un EP, le couteau entre les dents, hâte d’en découdre avec la planète entière. Attention, ça va saigner.

  • Le punk-rock rétro d’Edgar Suit a un certain « je ne sais quoi »

    Musique

    La pochette qui renvoie ironiquement mais quand même très directement aux années 80 annonce la couleur : avec Edgar Suit, on va regarder dans le rétroviseur.

  • Voir aussi…

    Une nouvelle reine pour la guitare ? | Nevraska,« I left work on my way home Dec. 1st, 1955 » | Alerte Rouge | Dédé | Post-punk cubiste acidulé, signé Massicot | Rip it up and start again