> Mag > Musique > Entretien avec le bassiste Pascal Mulot

Entretien avec le bassiste Pascal Mulot

lundi 7 mars 2022 par Jean-Pierre Biskup intervieweur , rédacteur CC by-nc-sa

Entretien

Avant la fin de l’année 2021, j’ai eu l’occasion de discuter avec le musicien et bassiste Pascal Mulot. Un entretien fleuve qui balaye aussi les préoccupations de l’artiste sur la marche du monde.

Pour commencer, pour faire un clin d’œil à « la Chaîne Guitare », quelle a été ta première basse ?

Ma première basse, pour rendre hommage à Pierre Journel qui me posait cette question aussi, c’était une basse qui devait coûter dans les 23 euros et 40 centimes, qui était une marque chinoise, sino-polonaise... C’était vraiment un truc tout pourri pour jouer dans mon premier groupe au lycée. Quand j’ai vraiment commencé la basse, c’était une Ibanez Polar White, et puis après ma première vraie basse que j’ai toujours, que j’ai achetée en 1986, j’avais deux ans et demi de basse, c’est la Steinberger modèle 2031 qui est un instrument exceptionnel qui coûtait 4000 euros à l’époque et qui en coûte aujourd’hui toujours dans les 4000 ou 5000 euros. C’est une basse vintage incroyable que j’ai toujours et à laquelle je tiens particulièrement.

Tu viens de parler de plusieurs basses... Tu en as beaucoup aujourd’hui ? Ou pas tant que ça ?

Non, pas tant que ça... J’ai été parainné si je me souviens bien respectivement par Warwick, par Status... À l’époque je devais avoir une dizaine de basses. J’en ai vendu la moitié, et j’en ai donnée la moitié. Donc en ce moment il me reste ma Steinberger d’origine qui est pour moi incroyable, et j’ai cinq ou six basses Vigier, dont une fretless, une cinq cordes, deux frettées... Je dois en avoir cinq en fait... Ce sont vraiment des instruments incroyables, il ne faut pas oublier ça. Je regarde ces basses-là tous les jours, ce sont vraiment des pièces de collection. Au final, pas une grosse collection, disons une demi-douzaine de basses en ce moment.

Tu as ton modèle de basse signature chez Vigier. Tu as réussi à aller au bout de ce que tu voulais comme basse ?

Non, pas complètement. On en a parlé avec Patrice Vigier, parce qu’il faudrait refaire le moule en graphite, le moule de l’ergonomie de la basse qui coûte vraiment très cher. Il faudrait changer un peu la taille du manche pour qu’il soit un peu plus petit et un peu plus gros. Il faudrait rajouter deux cases, et puis travailler sur l’ergonomie, sur les micros... Donc changer l’équalisation des micros même si les micros sont super franchement... En fait, ce n’est même pas sûr parce que la combinaison de ces micros avec la tête d’ampli EBS est fantastique, je mets tout au milieu, je ne touche à rien, j’ai tous les sons dont j’ai besoin jusqu’à présent... Donc il y a quand même énormément de détails que je n’ai pas pu régler avec Patrice, mais bon je ne vais pas trop l’ennuyer !

Tu en es satisfait quand même, sinon tu ne l’utiliserais pas !

C’est une super basse ! J’ai surtout demandé le poids, parce que quand tu joues une heure tous les weekends ça va, ce n’est pas très grave d’avoir un meuble assez lourd sur toi. Mais quand tu en joues 5 à 6 heures par jour, ou 3 à 4 heures par jour, tous les jours depuis 30 à 40 ans, ça influe sur la structure osseuse, sur la manière de travailler. Si ton épaule est bloquée parce que l’ergonomie est mauvaise, tu ne joues pas pareil. C’est vraiment important d’avoir un instrument qui colle bien à ta peau, et sur scène c’est vraiment super. En plus, le fait d’enlever du bois t’enlève certaines fréquences. Donc si tu enlèves certaines fréquences, automatiquement tu en rajoutes d’autres, c’est ça le son. Les fréquences que tu enlèves sont en faveur des autres. Donc c’est une basse qui a beaucoup moins de mediums, plus de bas, plus d’aigus, qui est très légère, qui a une couleur qui a une signification spirituelle pour moi, puisque le pourpre c’est ma couleur préférée surtout par rapport à « Purple Haze » de Jimi Hendrix... Tous ces facteurs en font quand même une basse à part.

On a parlé de matériel et d’instruments qui sont des outils pour les musiciens, mais le plus important reste la musique. Où en es-tu dans tes projets musicaux aujourd’hui ?

Tu dis que le matériel ce sont des outils, c’est en partie vrai... Mais les outils vont faire en sorte que tu travailles d’une certaine manière ou pas. Le son va t’amener de jouer d’une certaine manière. Même un câble jack... Je branchais deux jacks différents à l’usine Warwick il y a quelques années... Avec un jack de très bonne qualité j’avais un son de la mort, avec un autre jack j’avais un son pourri... Tous ces détails sont importants en fait, je crois à ça à 57 balais. Je ne pensais pas forcément la même chose à 35 ans, je pensais que le plus important était d’avoir sa personnalité, ce que je pense toujours, et que le matériel c’était secondaire. Ce n’est pas si secondaire que ça. Je pense que quand tu as 57 ans, tu es un peu plus posé, et tu fais un plus attention aux petits détails des fois... Et ces petits détails font la différence. Une œuvre d’art c’est parfois une somme de petits détails. Donc je fais attention au son, aux instruments. C’est pour ça que j’ai ces deux têtes EBS 360 qui ne sont plus fabriquées maintenant et qu’EBS m’a données, ce sont des bijoux. Rien qu’en branchant à la basse dessus sans rien toucher, le son est déjà plus chaud, plus beau, plus précis. C’est vraiment important.

C’est vrai qu’on y pense pas forcément, mais même de simples câbles ont un rôle important dans le son...

La câblage, les effets, l’alimentation que tu utilises pour les effets, l’ordre des effets, les amplis, l’équalisation des amplis, la compression ou pas selon les basses, le choix des baffles, le nombre de baffles, le choix des cordes, le choix des micros... Tout ça influe sur le jeu du bassiste en fait...

Pour revenir aux projets musicaux, tu continues d’accompagner certains artistes, tu prépares aussi des choses en solo... Peux-tu parler un peu de tout ça ?

Le projet principal, c’est le même que quand j’ai commencé la basse, c’est de laisser des traces artistiques qui soient honnêtes, ça s’arrête là. C’est d’abord à travers un travail personnel avec les albums solo que j’ai et ce que je prépare. Cela peut être aussi au niveau de collaborations artistiques. Je viens de terminer un album avec Renaud Hantson où il y a une basse qui accompagne et met en valeur la chanson, mais personne d’autre que moi n’aurait pu la faire celle-là, donc j’ai gagné sur ce coup-là, mais ce n’est pas toujours le cas. Quand Pino Palladino accompagne quelqu’un et magnifie la chanson, et laisse sa marque, sa personnalité, et que la chanson et le play-back sont gagnants, c’est une vraie réussite.
Mon projet principal, c’est évident, c’est mon projet artistique, personnel, vraiment, encore à 57 balais, ce qui m’étonne...


JPEG - 105.2 ko

Le projet principal, c’est le même que quand j’ai commencé la basse, c’est de laisser des traces artistiques qui soient honnêtes, ça s’arrête là. C’est d’abord à travers un travail personnel avec les albums solo que j’ai et ce que je prépare. Cela peut être aussi au niveau de collaborations artistiques.

 

Tu avais l’impression d’avoir dit beaucoup de choses déjà à travers tes albums ?

Ce n’est pas ça... C’est pas évident de garder un discours...

Pas évident de se renouveler ?

Non, pour moi non, ce n’est pas le cas. Mais ce n’est pas évident de garder un discours artistique qui soit personnel et donc honnête sur plus de 30 ans… Et je m’aperçois qu’au moins, en ce qui me concerne, c’est le cas. Quand tu y réfléchis bien, que tu prends le temps d’y réfléchir, un mec qui s’investit dans un travail artistique personnel, qui a une vraie identité, et qui le poursuit depuis plus de 30 ans sans dévier, il n’y en a pas tant que ça…

Bien sûr... Justement, pourrais-tu parler de ton album à venir ?

Je vais essayer de faire un album, oui. Mais on ne sait pas ce qui va se passer avec tout le bordel actuel du monde. Car c’est un vrai bordel : la politique sanitaire, la contraction énergétique…
On est en contraction énergétique, on est en pic descendant du pétrole. Le 20e siècle a été le siècle du pétrole, tout était basé sur le pétrole, sur l’utilisation des fossiles. Et là, selon l’Agence Internationale de l’Énergie, on est en contraction énergétique, donc le monde à venir va de toute façon être complètement différent, et à mon avis pas dans le bon sens, de celui qu’on a connu.

Je pense souvent à des gens qui ont connu le succès dans les années 60 ou 70 comme John Entwistle le bassiste des Who, ou Françoise Hardy avec qui j’avais fait un disque, ils ont connu une époque dorée. On le voit déjà aujourd’hui, les ventes de disques n’existent plus, le numérique a pris sa part, mais on n’est pas sûr, quand on s’intéresse aux problèmes de société et aux problèmes énergétiques, que le numérique pourra perdurer. On risque de revenir à une sorte de société low tech dans le meilleur des cas, et ça ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les scientifiques. Le consensus scientifique est unanime a ce niveau-là.
Je m’intéresse aussi à ce sujet-là. Donc on ne peut pas prédire l’avenir, je ne peux pas prédire l’avenir... Quand tu as 20 ans dans les années 60, tu ne te poses pas toutes ces questions-là. Quand tu as 20 ou 30 ans dans les années 70, ou 40 ans dans les années 80 non plus. Quand tu arrives en 2020, ces questions se poseront d’une manière ou d’une autre, directement à tout le monde.
C’est une réalité scientifique, c’est une réalité physique. Les lois de la physique ne sont pas des opinions. Mon opinion, tout le monde s’en fout. Et l’opinion du quidam lambda qui serait, comment dire, un négationniste au niveau des questions énergétiques ou un platiste, on s’en fout. Les lois de la physique ne sont pas des opinions : quand tu lâches une petite cuillère par terre, généralement elle ne va pas s’envoler, malgré le fait que les gens ne soient pas d’accord, elle tombe par terre, et selon le poids et l’endroit où elle tombe, elle fait plus ou moins de bruit...
Je recommande à tous de regarder les conférences de Jean-Marc Jancovici, notamment celle à Sciences Po... Il n’y a pas un économiste ou un homme politique qui peut lui faire face, qui a sa compétence, son côté cartésien, et sa crédibilité... Tu vois, je ne parle pas que de musique...

Oui je sais, je t’écoute des fois dans l’émission « Top of the Rock » de Gilles Lartigot sur Youtube, où vous parlez de musique et digressez parfois, mais c’est intéressant car tout est lié...

Tout est lié, oui. Tout est lié. Tout est très lié. Si on n’a pas d’énergie, comment on fait fonctionner les ordinateurs qu’on utilise pour faire de la musique ? Comment on fait fonctionner les consoles de mixage ? Si on a moins d’énergie, on fait comment ? Et ça sera le cas car on a tapé dans un stock de fossiles, et que le mix énergétique français est à 80% sur les fossiles. Je ne parle pas du mix énergétique de l’électricité, je parle du mix énergétique global. Que ce soit le mix énergétique mondial ou français, c’est 80% de fossiles.
Dans la vie de tous les jours, si vous regardez autour de vous, il n’y a pas un objet ou une activité, ou c’est extrêmement rare, qui ne dépende pas de l’utilisation des fossiles. Vos fringues sont fabriquées avec des fossiles, vous vous déplacez avec des fossiles, vous téléphonez, vous communiquez avec des fossiles. Vous mangez du fossile puisque sans pétrole, pas d’agriculture intensive.
À partir du moment où j’allume un ordinateur ou un chauffage pour faire de la musique, je suis conscient de ces problèmes-là. Affaire à suivre... Mais le choc risque d’être rude... Ce sera un choc de toute manière. Ce sera une régulation par la raison, ou une régulation par la catastrophe. La catastrophe ça marche très bien parce que pour l’instant toutes les C.O.P. n’ont rien changé à l’utilisation des fossiles, donc la raison ne sert à rien.
On a un cerveau qui est primaire qui veut du plaisir immédiat, qui veut du sucre, qui veut du plaisir, qui veut du sexe, qui veut de la chaleur, qui veut tout, tout de suite... Et qui remet tout au lendemain, qui n’est pas raisonné, qui n’est pas raisonnable.
La manière dont on produit, distribue et écoute la musique va changer drastiquement, sinon quasiment disparaître... Affaire à suivre... Ce sont des lois physiques, ce ne sont pas des opinions, je le répète... Tu as une loi physique qui te dit que quand tu tapes dans un stock, elle passe par un pic, et qu’elle redescend quand le stock est non-renouvelable épuisé.

La société de demain, celle que je croyais acquise, quand on naît dans les années 60, le progrès que je croyais acquis, en fait rien de tout ça n’est acquis. Je crois que des intérêts égoïstes à court terme ont façonné la politique énergétique des pays au détriment des populations. La crise du Covid n’est qu’un petit domino de rien du tout par rapport à tout ce qui peut arriver. Très peu de gens savent que quand tu n’as pas d’électricité, tu n’as pas d’eau. Sans électricité, pas de distribution d’eau car ce sont des pompes électriques qui amènent ça jusqu’à nos robinets. Des coupures d’électricité il y en a dans tous les pays en ce moment, c’est assez incroyable. Pour les gens qui s’intéressent à ça, l’année dernière en Californie qui est l’État le plus riche du pays le plus riche, il y a eu panne d’électricité. Les mecs étaient obligés d’aller avec leur Mercedes avec un petit bidon en plastique pour chercher de l’eau. Cette question m’intéresse beaucoup. Je tiens à le dire, je suis cartésien, un être de raison, quelqu’un qui admire la Raison, qui admire les philosophes des Lumières, qui a foi dans le progrès et la science, mais l’étude des lois physiques et de tous ces problèmes fait poser de sérieuses questions par rapport à la manière dont les informations musicales vont ou non se partager.

Quand j’ai commencé la basse, j’ai commencé la basse dix à quinze heures par jour, pendant trois à quatre ans, constamment, et après ça continuait quand même. Quand j’ai commencé à m’intéresser à ces questions énergétiques, je m’y suis consacré deux à trois heures par jour pendant des années. Je faisais mes gammes en regardant les conférences. Quand tous les plus grands spécialistes convergent vers les mêmes opinions, on peut commencer à avoir un bon point de départ. Tu peux te dire qu’il y a des choses qui semblent concrètes là-dessus.
La plupart des gens parlent du Covid mais ne savent pas ce que c’est, la plupart des gens parlent de l’énergie mais ne savent pas ce que c’est. Je déteste parler de quelque chose que je ne sais pas définir. Le Covid, c’est beaucoup trop d’énergie pour moi pour savoir de quoi il en retourne, j’ai juste mon opinion, et surtout plus qu’une opinion, un feeling. La basse, la musique, je peux en parler, je connais le sujet. L’énergie, je survole bien le sujet. Il faut une vie entière pour maîtriser un sujet.


JPEG - 57 ko

Dans la vie de tous les jours, si vous regardez autour de vous, il n’y a pas un objet ou une activité […] qui ne dépende pas de l’utilisation des energies fossiles.

Tout cela t’influence sur ta manière de faire de la musique alors ?

Non, pas du tout. Ce qui est dérangeant, c’est quand tu crois que tu as donné un sens à ta vie et qu’il restera une trace. Ce qui est dérangeant, c’est qu’on vient abîmer ça, déranger cette sensation-là. Quand je commence à 20 ans la basse, qu’à 23 ans je fais mon premier Bercy, à 25 ans mon premier album avec Patrick Rondat, à 26 ans mon premier album solo, et que pendant toutes ces années j’ai essayé de laisser des traces personnelles, je suis assez content car je me dis que ma vie a un sens.
Mais en fait, ces problèmes-là te ramènent à la vacuité de l’existence, c’est-à-dire que non, tout peut s’arrêter. Ce que je croyais acquis au niveau de la société, au niveau d’une démarche artistique, rien n’est acquis, ça peut se retourner en sable.

Donc je le fais pour la beauté des choses, parce que ça me plaît, parce que ça me rend de temps en temps heureux. Je le fais par devoir on va dire, comme quelqu’un qui élèverait ses enfants parce qu’il doit le faire, comme quelqu’un qui va pratiquer un art martial pour essayer de devenir meilleur par rapport à lui-même, c’est un peu dans ce sens-là que je fais de la musique, parce que ça fait partie des belles choses.

Tu penses à quel avenir pour la musique ? Une sorte d’évolution, de retour en arrière dans la société ? La musique et l’art n’auront peut-être pas le même rôle ?

Je ne sais pas. Tout ce que je sais c’est que les retraites, la durée de vie, la mobilité, tout ce qui fait qu’un Smicard français vit comme un nabab du 17e siècle, est dû à des énergies qui sont en train de péricliter, décliner. Le pétrole est arrivé au pic en 2008 selon l’Agence Internationale de l’Énergie, le gaz descend aussi... Tout ce qui était basé sur ce que je croyais acquis, on peut se poser de sérieuses questions. Je ne sais pas. Oui, de toute façon ça va changer. Certains spécialistes disent que ça va même disparaître.
Il y a la phrase de Winston Churchill qui disait « de la civilisation à la barbarie il y a cinq repas ». Quand on y réfléchit, si toi et moi on arrête de bouffer un repas, c’est extrêmement dérangeant, on est né avec à bouffer, avec le ventre plein, à bouffer tous les jours, on n’a même pas besoin d’aller chercher notre nourriture, elle est dans les magasins. Tout ça c’est grâce aux énergies fossiles. Ce sont des questionnements personnels, je comprends tout à fait que ce ne soit pas des questionnements qui soient ceux de tout le monde, cependant ce sont des questionnements qui vont affecter tout le monde, qu’on le veuille ou non. Je pense qu’il y aura un effondrement des services, de la qualité de vie, de la durée de vie, du nombre d’habitants sur Terre, la population va diminuer, et c’est un effondrement qui peut être brutal, il suffit de pas grand chose. Ou ça peut être un effondrement qui peut être très régulier sur plusieurs années. Et la musique en fera partie. Quand tu n’as rien à bouffer, la musique n’est pas la priorité. Même pour la fabrication des instruments, des amplis, on voit déjà des choses. Je parlais à Patrice Vigier, le métal pour faire ses chevalets a augmenté de 40%... Tout ça a déjà un impact. On ne le voit pas encore. Mais, entre nous, je souhaite que tout se passe bien, mais quand on se renseigne vraiment sur tous ces problèmes, je ne vois pas comment tout peut se passer bien.

Le Nigeria s’il suit la même courbe démographique aura en 2050 plus de population que celle des États-Unis, cela na va pas poser des problèmes pour l’accès à l’eau, la nourriture, l’énergie ? Quand il y a ce paramètre-là plus d’autres paramètres qui font que sur toute la bande équatoriale, si on continue sur la même trajectoire, le nombre de jours par an qui seront inhabitables, parce qu’au dessus de 55° le corps humain ne peut pas se refroidir, sera de 350 jours par an en 2100... 350 jours par an, ça veut dire que c’est inhabitable, les gens ne vont pas venir habiter pour quinze jours... Sans compter que les terres seront des déserts. Ces 250 millions de personnes prévues et la population actuelle, on en fait quoi ? Ils vont où ? Et ça, c’est seulement un pays…


JPEG - 214.8 ko

Tout ce que je sais c’est que les retraites, la durée de vie, la mobilité, tout ce qui fait qu’un Smicard français vit comme un nabab du 17e siècle, est dû à des énergies qui sont en train de péricliter, décliner.

Bien sûr, il faut penser aussi penser à tous les autres pays qui peuvent connaître ce genre de situations...

Les climato-négationnistes ou les climato-sceptiques, je les compare aux platistes. Quand le consensus international, quand l’O.N.U., les pays du monde entier, mandatent à peu près 200 scientifiques, c’est le G.I.E.C., qu’on renouvelle à chaque fois, ce ne sont pas toujours les mêmes avis qui s’expriment, mais que ces avis convergent depuis 20 ans, quand le rapport Meadows du club de Rome des années 70 déjà nous prévient des mêmes conséquences, je ne comprends pas ces climato-sceptiques. Parmi eux, François Gervais, Pascal Praud, les rares imbéciles, criminels, qui mettent en danger la vie de leurs enfants et des nôtres. Je les comprends finalement car ils sont englués dans leur petit égoïsme, un pouce dans la bouche et l’autre pouce dans le c...l, et dans leur confort.
On a du mal tous à se dire qu’on va peut-être être obligé d’avoir un potager et de cultiver des patates pour survivre, que peut-être plus tard on n’aura pas autant d’électricité qu’on le souhaite et que la qualité des services et la durée de vie risquent de se dégrader. C’est un message qui est anxiogène, qui n’est pas agréable. Le cerveau n’aime pas les choses qui sont désagréables. Je les comprends. Mais en même temps, ce n’est pas pour ça que pour moi ce ne sont pas des imbéciles. Renseignez-vous ! Avant de m’exprimer sur le climat, j’ai passé des centaines et des centaines d’heures, des centaines et des centaines de conférences, et je survole un peu le sujet. Je ne m’exprimerais pas sinon. Donc voilà, c’est un petit message aux platistes !

C’est intéressant et ça fait réfléchir tout ce que tu dis, et je vais essayer de raccorder cela à la musique... Si on est dans une société en déclin, est-ce que le rôle de la musique va s’apparenter au rôle qu’elle a connu dans le passé ?

Je pense que les arts et la musique n’auront pas le même rôle, le même impact, dans une société stable en paix que dans une société instable et en guerre. Je ne suis pas devin. Cela dépendra de si on peut manger tous les jours, si les musiciens peuvent continuer à faire de la musique au lieu d’aller cultiver des patates. Je souhaite absolument que tout cela ne se produise pas. Cela a été un choc quand j’ai commencé à m’intéresser à ces questions-là. Je ne souhaite absolument pas que ça se produise, je suis pour le progrès.
Toute la société du rock ’n’ roll, la société des voitures avec des flammes peintes dessus, des gonzesses maquillées avec des gros nibards, des milkshakes, et des guitares électriques, c’est celle que j’aime, c’est le rock ’n’ roll, c’est ce que j’aime. J’émets juste des réserves par rapport au futur dans un monde incroyablement peuplé, dans un monde où il y a tous les problèmes que j’ai évoqués.

Dans une vision comme celle-ci, la notion de progrès est compliquée à voir, et c’est pareil pour la musique... Ce qui intéressant de voir avec la musique aussi, c’est son évolution à travers les âges. Si on est dans une société qui s’effondrerait...

Tu parles d’effondrement. Une petite parenthèse. S’il y en a un ou plusieurs qui ont un petit sourire par rapport à cette notion d’effondrement, je leur conseille vivement d’aller taper Edouard Philippe, Nicolas Hulot, effondrement, sur Google, et de voir que même un Premier Ministre aux affaires en parle devant les caméras. Edouard Philippe l’évoque d’une manière très claire, rajoutant même que c’est quelque chose qui l’angoisse. Quand quelqu’un aux affaires, qui est Premier Ministre de la France, donc d’une grande puissance mondiale, s’exprime librement devant les caméras, et ce à plusieurs reprises, ce n’est jamais par hasard, car on sait que chaque parole prononcée est pensée et préparée avec des conseillers. C’est aussi un signal qu’on envoie aux gens. Tout le monde ne l’envoie pas.
Les décisionnaires ne peuvent pas ne pas être au courant, c’est impossible depuis le résumé du G.I.E.C., qui est distribué par l’O.N.U. quand même.
C’était une petite parenthèse pour ceux qui auraient le mépris trop facile, et surtout une ignorance de ce dont ils pourraient parler. Le mépris et l’ignorance, ça va souvent ensemble.

J’essaie de m’imaginer la musique dans une société qui retournerait dans un état low tech où il y aurait d’autres priorités...

Je ne le souhaite pas !

Je ne le souhaite pas non plus !

Je ne le souhaite pas. Tout ce qui est espace me fait rêver, tout ce qui est progrès me fait rêver... Le confort je l’adore... J’aime pas me retrouver seul dans la nature à cultiver des patates, j’aime pas ! J’aime pas me retrouver sans médecine ! J’aime pas tout ça ! Il y a un film qui s’appelle Délivrance qui montre bien ce que c’est que l’homme moderne confronté à la nature, ce n’est pas joli joli ! C’est pas que des fleurs ! A la fin quand ils sont pourchassés par les tarés, il y a un passage qui en dit long, et c’est un film intéressant. Ils ont passé énormément de temps dans la nature, la nature peut être cruelle. Et quand il se fait soigner et qu’il dit que c’est bon le coton, il se fait soigner, il revient à la civilisation, il se rend compte de ça.

Je ne suis pas catastrophiste du tout. Je n’ai pas une nature catastrophiste, j’ai une nature assez admirative de la Raison, assez cartésienne. Ce sont juste des problèmes qui m’intéressent parce que j’ai des enfants. Je n’aurais pas d’enfants, ma première réaction serait de dire « vous êtes trop cons, continuez à tout cramer, il y aura des milliards de morts, je m’en fous, de toute façon il me reste tant à vivre, je m’en fous ». Ayant des enfants, ces questions-là m’interpellent.


JPEG - 17.6 ko

Si je n’avais pas d’enfants, ma première réaction serait de dire « vous êtes trop cons, continuez à tout cramer, il y aura des milliards de morts, je m’en fous, de toute façon il me reste tant à vivre, je m’en fous ». Ayant des enfants, ces questions-là m’interpellent.

 

C’est sûr...

Si je n’avais pas de gosses, je serais avec une pouffiasse à Los Angeles en train de cramer mes thunes.
Los Angeles je l’ai vu changer ces derniers temps. Les palmiers je les ai vus secs en janvier, secs ! J’ai un ami qui habite là-bas, un français qui a très bien réussi aux États-Unis, qui a une maison avec des enfants sur les collines, il a failli être évacué plusieurs fois en hélicoptère...

Il y a en effet pas mal de problèmes d’incendies...

Ça crame d’un coup. Si on continue comme ça, la forêt de Fontainebleau et la majeure partie des forêts françaises, c’est scientifique, c’est acté par le G.I.E.C., quelque soit la trajectoire carbone que l’on emprunte, en 2050 la forêt de Fontainebleau ça crame comme là-bas. Demain on arrête toute émission de carbone, demain on arrête tout, tout s’arrête, de toute manière quoique l’on fasse, les 20 prochaines années sont déjà écrites. C’est écrit, c’est le côté irréversible du truc. De toute manière on dépasse les 1,5 ou 2 degrés... Cela ne veut pas dire qu’on va mettre ou pas un pull en hiver, ça veut dire qu’on aura moins de bouffe, moins d’eau, on va simplifier pour les platistes...

Tu parles de tes enfants, de ce qu’ils vont vivre...

De toute manière.

Tu as conscience de ça, tu as l’air d’être quelqu’un qui est engagé ou qui peut être engagé...

Oui, déjà en faisant ce genre d’interviews, en commençant à en parler, je suis déjà engagé... Et plus tard si je peux...

Justement, pour ce qui te reste à vivre en tant qu’homme et en tant que musicien, qu’est-ce que tu aimerais faire ?

Être un bon père de famille, laisser des traces artistiques honnêtes, point barre. C’est tout, je ne vois pas autre chose. Être heureux, mais je le suis assez. Tous les jours je remercie la vie, parce que j’ai déjà eu des alertes de maladie, pour l’instant je m’en suis tiré, et je sais que rien n’est acquis comme disait Aragon.
J’ai aussi perdu un ami qui a 68 ans, qui est le mec qui m’a tout appris dans la musique, qui s’appelle Suber, qui est le black américain avec qui j’ai fait mon premier groupe...

Suberbebop...

Je l’ai enterré il y a quelques semaines... On est à l’abri de rien. J’exprime de la gratitude à ma mère qui m’a donné confiance en moi, c’est grâce à elle que j’ai fait tout ce que j’ai fait. J’exprime de la gratitude à l’héritage musical de mon père qui était musicien de jazz, qui m’a formé, qui m’a aidé. J’exprime de la gratitude à la vie en général, je trouve que la vie est formidable.

Il y a des choses qui me stupéfient : le manque de vision, la vanité, l’égoïsme, la cupidité. Et voir à quel point elles sont répandues dans le monde me submerge d’étonnement. À ce point-là. Pourtant je suis humain, je ne me sens pas foncièrement différent des autres, mais je me sens différent des autres dans les aspirations.
Je trouve qu’un musicien c’est important, mais que c’est moins important qu’un pompier qui sauve des vies, que c’est beaucoup moins important qu’un chercheur ou un médecin. Un médecin sauve des vies, peut sauver de vies. À moins que ce médecin ne soit un ultra-libéral avec la raquette de tennis dans la poche et qui cherche juste à faire du pognon. Il y a de tout dans le monde.

J’espère avoir du recul quand même par rapport à tout ça. Cependant, ce que je fais en musique, c’est honnête, et je sais que ça a de la valeur parce que ça n’a pas dévié depuis 30 ans, c’est désintéressé, très majoritairement désintéressé...

Tu n’as pas changé au gré des modes...

Le métier des gens qui sont mercenaires de la musique, je le comprends tout à fait, je sais le faire, je le fais en touriste, pour gagner ma vie, mais ce n’est absolument pas la direction que j’ai voulu prendre, et j’en suis fier.
Il y a un gentil imbécile qui dernièrement m’avait posé la question « en gros, si tu n’avais pas rencontré Suber, alors tu ne serais pas devenu artiste... ça t’a coupé d’une carrière de musicien de studio ». C’est vrai, ça m’a coupé d’une carrière de musicien de studio, mais j’ai gagné beaucoup plus : le luxe inouï d’avoir une carrière en tant qu’artiste est beaucoup plus important que d’accompagner Sheila ou faire des pipes à n’importe qui ou à Céline Dion.
Je sais faire accompagnateur, mais c’est pas mon truc. Je ne fais pas de la musique pour gagner de l’argent, ça c’est clair. Pas du tout. Ce qui est drôle, c’est que des fois j’en ai gagné beaucoup plus que la majorité des musiciens de studio. Rarement je te rassure ! Mais pour l’instant je vis bien.

Je n’ai même pas de haine pour les égoïstes, c’est pas mon truc. Par contre ça me stupéfie de voir à quel point la cupidité, la vanité et l’égoïsme règlent le monde, c’est incroyable.

J’ai une chance incroyable, je suis libre en fait. Je suis libre, c’est énorme pour moi. Tous les jours je m’en rends compte, je n’ai pas à me lever pour aller bosser, faire un boulot que j’aime pas, avec des gens que j’aime pas, un boulot qui n’a aucun sens, pour rapatrier de la thune pour que mes enfants aillent au McDo manger de la merde... Tout ce style de vie je ne m’y retrouve pas, ça n’a pas de sens pour moi...
J’admire les gens qui sont généreux comme Coluche, Sœur Emmanuelle, qui font quelque chose pour les autres, qui ne s’occupent pas que de leur minable trou de balle. Je suis assez admiratif de ces gens-là. Je n’ai même pas de haine pour les égoïstes, c’est pas mon truc. Par contre ça me stupéfie de voir à quel point la cupidité, la vanité et l’égoïsme règlent le monde, c’est incroyable.

Qu’est-ce que tu aimerais pour essayer d’inverser cette tendance, changer cette vision des choses ?

Qu’est-ce qui pourrait changer cette vision générale des choses ? Je crois qu’on n’en prend pas le bon chemin. Le consumérisme, le fait de baser sa vie sur la croissance... La croissance qui ne durera pas. C’est physique, ce sont les lois physiques. La décroissance on y va, qu’on le veuille ou non.
Il y a deux courbes : celle du P.I.B. et de la croissance, et celle de l’utilisation des énergies fossiles.
Elles sont linéaires, elle se collent. À partir du moment où il y aura une contraction des énergies, il y aura obligatoirement une contraction de la croissance, qu’on fasse ou non marcher la planche à billets.

C’est physique, ce sont les lois physiques. La décroissance on y va, qu’on le veuille ou non.

Cette vision consumériste du monde semble avoir gagné, quand on voit un pays comme la Chine et la manière dont ils orientent leur politique publique, la manière dont vit le crédit social à la chinoise, et le fait que ça fasse rêver le gouvernement actuel… Que l’Europe semble un conglomérat d’intérêts étrangers au détriment de la souveraineté de la France… On n’en prend pas le chemin…
Donc je ne sais pas, mais on n’en prend pas le chemin. Je n’ai aucun problème à dire je ne sais pas. Je trouve que c’est plus honorable.

C’est plus sage aussi. Tu parlais de politique justement, les politiques ont du mal à dire qu’ils ne savent pas...

Ayant approché la vie politique de très près, régionale, départementale, locale, il y a de cela quelque temps, j’ai assisté à des discussions qu’on ne pourrait pas croire si on les met dans des films. Ils sont en train de discuter à table pour savoir dans quel parti ils vont s’orienter pour savoir ce qui est le mieux pour leur ambition. C’est ça la réalité du monde politique. Ce sont des agendas à court terme qui ne tiennent absolument pas compte de l’intérêt de la majorité, ce sont des ambitions.
J’ai assisté à ce genre de discussions de politiques qui cherchaient dans quel parti ils allaient s’engager non par idéal ou conviction, mais par ambition.
Une petite question sur la musique pour terminer peut-être ?

Peut-être que l’idéal, ce serait qu’il y ait une prise de conscience générale ?

Est-ce que tu en connais beaucoup des gens qui en ont conscience de ça autour de toi ?

Non. Mais je pense notamment au thème de l’écologie.

Est-ce que Simone Dujard qui est passée devant nous a conscience de tout ça ?

Non, peut-être qu’elle pense à autre chose. Elle pense à ce qu’elle va faire ce soir et dans les jours qui viennent...

La plupart des gens ne se renseignent pas.
Est-ce que tu en entends beaucoup parler de ces choses qui vont impacter notre vie d’une manière extraordinaire dans les journaux télévisés ?

Non, bien sûr que non...

Il faut savoir que la France est à la 34e place au niveau de la liberté de la presse dans le monde. Tu te rends compte de ça ? La source c’est Reporters Sans Frontières, s’il y en a pour dire que Reporters Sans Frontières ce n’est pas fiable, des platistes il y en a partout. Cela veut dire que quelqu’un qui est au Ghana ou en Lettonie en prenant son café a plus de chance le matin de lire une presse qui est plus objective par rapport à ce que lit un français.

Oui, à cause de grands groupes qui sont devenus les propriétaires de la presse...

On le sait. J’ai l’impression qu’on est englué dans une bulle de consumérisme coupée des réalités et des choses qui sont importantes et qui sont pour le bien commun. J’ai vraiment l’impression de ça, que la presse est aux mains de quelques milliardaires qui font élire… Très sincèrement, je crois qu’on n’est pas en démocratie, c’est un simulacre de démocratie. On croit qu’on va voter, on croit qu’on a le choix, on se retrouve aux élections avec deux choix : soit l’ultra-libéral qui va tout bousiller la sécurité sociale, les hôpitaux, ce qui est en train d’être fait avec 5700 lits de moins depuis le début de la présidence de Macron, et ce sera pareil si c’est lui ou un autre, un candidat européiste, soit le « méchant » pour faire épouvantail pour faire que le « gentil » soit élu, et qui ne sera pas mieux, qui suivra la même politique. La politique n’est pas dictée par le Président de la République. Le Parlement est une chambre d’enregistrement. La politique est dictée par les gens qui les font élire, qui payent pour leur élection.

Sinon à part ça, j’utilise du 40-95 comme tirant de cordes !

J’ai l’impression qu’on est englué dans une bulle de consumérisme coupée des réalités et des choses qui sont importantes et qui sont pour le bien commun. J’ai vraiment l’impression de ça, que la presse est aux mains de quelques milliardaires qui font élire... Très sincèrement, je crois qu’on est en simulacre de démocratie.

 

Après une petite discussion en aparté, retour à l’interview avec quelques propos sur la musique.

Si on veut parler de la musique en général... Mon papa est musicien de jazz, donc j’ai eu cet héritage-là, après j’ai eu le conservatoire classique pendant 6 ou 7 ans, contrebasse, clarinette, solfège... Après j’ai rencontré Suber, j’ai eu l’héritage de la culture black américaine... J’ai écouté du rock... J’aime bien le reggae... Tu vois, tu as le mélange entre toutes ces musiques-là, et j’ai particulièrement des affinités avec des gens qui sont généralement ouverts et capables de jouer et d’écouter toutes ces musiques-là. C’était notamment le cas de TM Stevens qui est un black américain qui a joué avec Tina Turner, Miles Davis, Joe Cocker, The Pretenders, etc... C’est le carton mondial ! Et lui, il pouvait jouer du reggae comme un dieu, du metal pareil, jouer du jazz avec tous les changements d’accords et les harmonies, il était capable de jouer tout...

Ce n’est pas tant la capacité à tout jouer qui est importante pour moi, parce que tout le monde n’est pas obligé de faire comme les autres, tu peux juste jouer du rock et c’est très bien pour moi, ce n’est pas le problème… C’est surtout l’ouverture d’esprit qui s’accompagne de ce genre de démarche qui me correspond et aussi l’amour de la musique tout simplement en général, le respect de la musique dans tous ses styles, ses expressions, sa diversité… Et c’est un peu ce qui manque je trouve…

Les musiciens classiques sont généralement secrètement admiratifs et assez méprisants des musiciens de jazz notamment dans les années 60 où il y avait une sorte de condescendance... Les musiciens de jazz sont assez condescendants et méprisants par rapport aux musiciens de rock… Les musiciens de rock sont assez méprisants des musiciens de hip hop… Alors que le dernier disque de Miles Davis est un disque de hip hop… Et chez Quincy Jones, il y a du hip hop aussi (« Back on the Block »)...

Donc j’essaie de voir la musique dans son ensemble. Le chant c’est beau, si tu peux chanter c’est génial. Je suis bassiste accompagnateur, mais pas que. Je suis bassiste artiste, soliste, mais pas que. Pas que dans un style. Je suis chanteur aussi. Je suis producteur aussi. Je suis compositeur aussi. J’aime la musique, j’ai une passion pour la musique en général. Il y a des trucs que je ne sais pas faire. Les trucs des îles avec un mec qui boit du rhum, c’est pas mon truc, je ne sais pas le jouer. En fait je sais le jouer, mais pas très bien quoi. C’est pas mon truc, c’est pas ce que j’écoute.

J’ai une certaine admiration pour la musique en général et un certain respect. D’autre part, la pratique de la musique peut être comparée à la vertu. Je m’explique... Je crois que c’est Baudelaire qui disait « enivrez-vous de vin, de poésie ou de vertu ». On ne parle pas d’être bigot dans une église, on parle simplement par exemple de se lever le matin et de faire quelque chose pour les autres ou pour soi-même. Se lever le matin et devenir meilleur par rapport à soi-même.

Quant tu pratiques un instrument, tu te sens bien, donc tu deviens meilleur par rapport à toi-même. Quand tu pratiques un art martial, parce que c’est un art, un art martial, ce n’est pas un sport de combat, tu pratiques pour devenir meilleur par rapport à toi-même, pas meilleur par rapport aux autres. C’est dans ce sens-là que les arts martiaux, le sport en général, la pratique d’un art comme la musique, le théâtre ou autre, ont une place importante car on devient meilleur, on se transcende, on dépasse le quotidien.


PNG - 922 ko

Ce n’est pas tant la capacité à tout jouer qui est importante […]. C’est surtout l’ouverture d’esprit qui s’accompagne de ce genre de démarche qui me correspond et aussi l’amour de la musique tout simplement en général, le respect de la musique dans tous ses styles, ses expressions, sa diversité.

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.