> Mag > Musique > Sanseverino et Tangomotán, ça détend !

Sanseverino et Tangomotán, ça détend !

vendredi 26 juin 2020 par Sylvie Chareun CC by-nc

Six musiciens sur scène, trois sensibilités, deux sonorités, un mélange audacieux et réussi qui mèle les fougues de Sanseverino et Tangomotán. Dans un contexte angoissant, sur fond de virus qui nous privera de scènes pendant de longs mois, un concert déconcertant dont on ne voudrait pas voir la fin.

C’était juste avant...
Je reçois une invitation à assister au concert de Sanseverino & Tangomotán à Montmélian. Une salle de concert que j’apprécie par sa taille et son acoustique.
Malgré les rumeurs persistantes sur un confinement à venir, malgré la conscience des risques de contagion, ma curiosité a été plus forte, et je ne le regrette pas !
Ce mélange de sonorités, de styles, de présences sur scène est l’aiguillon qui m’a convaincue d’accepter avec plaisir.

Sanseverino ne déçoit pas, égal à lui-même, dans le partage, la joie, quelquefois irrévérencieux, mais doué et convainquant. Mangeant littéralement la scène avec gourmandise, donnant sans compter, alternant rythmes rock, solos et textes forts. Avec le batteur Stéphane Huchard, le duo est énergisant !
Tangomotán , un groupe de quatre musiciens, très graphique, qu’on sent soudé, un peu perché mais diablement efficace pour nous emmener dans une dimension musicale aux accents à la fois structurés et évolutifs de tango machine. Des instruments acoustiques qu’on n’a pas l’occasion de voir si souvent sur scène : bandonéon, contrebasse, violon, flanqués d’un piano fantaisiste.
Accolés sur de nombreux morceaux à la guitare électrique de Sanseverino et la finesse rythmique du batteur, on entend alors la musique prendre son droit d’expression, et dérouler tout un tas d’images à nos oreilles. Cet ensemble de 4 + 2 dérange, bouscule, attendrit, amuse mais jamais n’ennuie.

Le concert est une succession de morceaux à deux sonorités, de prestations en solo, de moments rock, doux ou drôles (avec les enfants du public sur scène). C’est équilibré, surprenant, et ça ne laisse pas s’installer la morosité !

À noter une première partie charmante, assurée par OZA

C’est à voir et revoir, c’est à écouter, savourer sans concession aucune.

Sanseverino
Sanseverino & Tangomotán à Montmélian, Mars 2020

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.