> Mag > Musique > Taulard, synth-punk de la plaine et des hauts plateaux

Taulard, synth-punk de la plaine et des hauts plateaux

lundi 9 mai 2022 par Tom Rad-Yaute rédacteur CC by-nc-sa

Les grenoblois de Taulard seront en concert le vendredi 13 mai à la Makhno. Nous republions la chronique de leur deuxième album, Dans la plaine, paru en 2020. Peut-être l’occasion de découvrir l’écriture personnelle et poétique de ce groupe singulier ?

Après avoir rôdé aux abord du lycée, voilà que Taulard nous emmène dans la plaine. Deuxième album sorti en catimini, à se demander même si ça ne les dérange pas, qu’on parle d’eux. En même temps, cette discrétion, ça va bien à leur musique pas prétentieuse pour un sou, qui semble faite pour être distribuée de la main à la main, via le groupe de copains de copains.


JPEG - 265.9 ko
Taulard
© Hazam

Pas vraiment de grande surprise à l’écoute de ces 11 titres dans le droit fil de ce que le groupe a fait jusque-là. Toujours ce rock alternatif à synthé déluré –- à peine un passage reggae vient prendre le contre-pied sur un morceau, un peu façon Bad Brains -– et ces textes désarmants qui donnent envie de tendre l’oreille pour entendre l’histoire jusqu’à la fin. Les hésitations, les dégoûts, les impasses, les nœuds psychologiques exposés sans fard et les espaces géographiques ouverts, comme refuges, comme antidotes.

L’air de rien, l’écriture de Taulard capture au vol un trouble indéfinissable, une nostalgie poignante omniprésente qui ne dit pas son nom. Si certains textes versent un peu dans l’anecdotique, d’autres, comme « Dans la plaine » et son évocation des saisons d’été, sont à écouter absolument.

 

 

Taulard, « Dans la plaine » LP (Broderie records)

Chronique initialement parue sur le blog Rad-Yaute (https://rad-yaute.com/)

A lire également :
https://rad-yaute.com/2015/taulard-les-abords-du-lycee/

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.