> Mag > Musique > Highlines, Foehn Trio prend de la hauteur

Highlines, Foehn Trio prend de la hauteur

mercredi 1er avril 2020 par Anatholie CC by-nc

Leur concert sur les hauteurs de l’alpage de Charamillon lors du Festival CosmoJazz 2017 avait eu un écho sur notre mag. Le trio rhônalpin revient en 2020 avec un nouvel album. Une étape de plus dans le cheminement de cette cordée, qui mêle toujours harmonieusement instruments acoustiques et électroniques, dans une formule élégante et vivante.



JPEG - 734.9 ko

© Anatholie Music Photography

Leur premier album, Magnésie, venait de sortir, avec ses 10 titres largement inspirés par leur passion commune pour la montagne, traduite dans un jazz contemporain fluide et mélodique qui incitait à l’évasion par son côté très cinématographique.

Nous retrouvons aujourd’hui Christophe Waldner (claviers), Cyril Billot (contrebasse) et Kévin Borqué (batterie) à l’œuvre dans un nouvel album sorti ce 20 mars.
Après la Magnésie des amateurs d’escalade, ce sont les Highlines, ces slacklines aériennes tendues entre deux sommets, qui donnent leur nom à l’album car, avec Foehn Trio, les montagnes sont omniprésentes.

De « La Barma », inspirée par le roman Les Huit Montagnes du valdôtain Paolo Cognetti, à « Old Ocean », qui évoque ces anciens fonds marins devenus sommets, en passant par la jubilatoire « vengeance de Madame Carle », clin d’œil à une légende du massif des Écrins, sans oublier « Free Ride », on voyage dans des paysages musicaux alpestres auquel Foehn Trio ajoute une dose d’ambiance urbaine avec des sons electro plus présents que sur Magnésie, tout en conservant les harmonies délicates et les mélodies caractéristiques de leurs compositions.


JPEG - 410.4 ko
Foehn Trio
© Anatholie Music Photography

On se délecte également de la version revue et corrigée de la « Gnossienne No. 1 » d’Erik Satie, à laquelle une rythmique ultra syncopée et une montée en puissance explosive confèrent une modernité rarement atteinte par les (trop ?) nombreuses reprises de ce morceau pourtant avant-gardiste.

Enfin, cerise sur le gâteau, Foehn Trio invite Joce Mienniel et ses envolées de flûte pour accompagner le voyage autour de la terre de « Danse pour Gaïa », et le trompettiste Érik Truffaz pour survoler « Old Ocean » des sons feutrés et tout en nuances dont il a le secret.

Avec Highlines, le combo rhônalpin offre une superbe randonnée dans un univers dont la personnalité s’affine avec le temps et qui installe solidement Foehn Trio dans le paysage du jazz actuel.

Portfolio

Foehn Trio - « Old Ocean » feat. Erik Truffaz
Composed by Foehn Trio. Additional featuring by Erik Truffaz.

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.