Magazine culturel contributif en bassin franco-valdo-genevois

> Mag > Musique > Triplé, premier album pour Péniche

La preuve par trois

Triplé, premier album pour Péniche

mercredi 29 mai 2024 par Stef Ann rédaction CC by-nc-sa

Chronique

Avril 2024, un après-midi ensoleillé. Quelques échanges par messagerie interposée ont suffi pour planifier un rendez-vous en amont. La rencontre, quoique furtive, a lieu place du Château-Neuf à Tours, Indre et Loire, à quelques encablures du célèbre Bateau Ivre. Et c’est ici que Lucas, le guitariste de Péniche, me tend la fameuse galette tant attendue. Le DIY a encore de belles heures devant lui.

Après deux EP des plus prometteurs qui nous montraient déjà le cap a suivre, Atlas et ses quatre titres sortis en 2020 puis Deuxième Etoile, sorti en 2022 avec cette fois-ci cinq titres gravés — que je vous conseille d’aller découvrir au plus vite si ce n’est pas déjà fait — Péniche dévoile son premier album, Triplé.

Le trio navigue dans des eaux post-punk et signe un Triplé sans fausses notes aux titres évocateurs d’un univers qui leur est propre comme « Treize à la Douzaine » ou autre« Guérande BZH ».

Coté line up, Léa (This Will Destroy Your Ears) tient à présent la basse en remplacement de Xavier. Et les deux quatre cordistes s’octroient le luxe de signer chacun cinq titres sur les dix titres présents sur l’album. Passage de témoin réalisé avec brio et ce n’est pas pour me déplaire !

La section basse-batterie — cette dernière étant assurée par Axel — tient fermement le cap, entre rythme effréné et groove impeccable, elle martèle comme un « Grotsunami ». Quant à la guitare, tempétueuse, frénétique et maîtrisée, elle nous porte et nous trans-porte, nous pousse, nous entraîne.
Le Triplé instrumental est résolument sans faille.

Tout au long de l’écoute des dix titres, Péniche nous emmène à bon port entre tempête et urgence post-punk, déluge math-rock ou kraut-rock assumé parfois.
Ledit objet est cohérent, riche et aéré, joyeux et chaleureux.
Il est dans l’air du temps mais n’en a pas moins sa personnalité propre. Bande-son impeccable d’un printemps capricieux, de moments de partage ou plus intimes, le trio sait y faire et, après un voyage sonore de près de 35 minutes, on a hâte de se laisser porter à nouveau. On en redemande.

Triplé de Péniche, la preuve par trois validée !

Péniche, Triplé (mars 2024).

Le groupe sera en concert le 7 juin au Kiff à Aarau, infos ici

PÉNICHE - GROTSUNAMI

Commenter cet article

Pour participer ici, vous devez vous connecter avec l’adresse mail de votre inscription sur Rictus.info.